Darfour: les rebelles refusent un plan de Khartoum visant à "diviser"

9 mars 2011 à 13h46 par La rédaction

KHARTOUM (AFP)

Les rebelles du Darfour ont condamné mercredi une décision du gouvernement pour établir deux nouveaux Etats dans cette région de l'ouest du Soudan en guerre civile, y voyant une volonté de les diviser et de porter un coup au processus de paix.

"Le gouvernement dit qu'il va créer plus d'Etats au Darfour (...), nous n'allons pas reconnaître" cela, a déclaré à l'AFP par téléphone Ibrahim al-Hillu, porte-parole de l'Armée de libération du Soudan d'Abdelwahid Nour (SLA-Abdelwahid).

"Le gouvernement fait cela pour diviser (...) La création de deux nouveaux Etats va créer le chaos", a-t-il ajouté.

Des responsables du gouvernement ont confirmé qu'une commission dirigée par le président Omar el-Béchir avait donné son aval à une recommandation pour créer deux nouveaux Etats au Darfour, en plus des trois déjà existants (Darfour-Nord, Darfour-Sud et Darfour-Ouest).

Ils ont cependant souligné que les Darfouris pourraient se prononcer sur cette initiative lors d'un référendum sur le futur statut administratif de la région qui aurait lieu dans environ trois mois.

Le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, a indiqué pour sa part que la création de deux nouveaux Etats et la proposition d'un référendum visaient à détourner l'attention des réels problèmes et à saboter les pourparlers de paix au Qatar.

"Le gouvernement doit s'engager à des négociations de paix", a indiqué à l'AFP le porte-parole du JEM Ahmed Hussein Adam.S'il prend des mesures unilatérales, nous ne les accepterons pas, a-t-il dit.

"Ils veulent diviser le peuple du Darfour en fonction des lignes tribales", a-t-il ajouté depuis Doha.

Selon des médias locaux, les nouveaux Etats seraient le Darfour-Centre et le Darfour-Est, avec Zalingei et Al-Daein comme capitales respectives.

Les négociations de paix entre Khartoum et les rebelles sont au point mort depuis que le gouvernement s'est retiré fin décembre du processus de paix à Doha, mais le JEM a annoncé fin janvier être prêt pour des discussions.

La guerre au Darfour est à l'origine de plus de 300.000 morts selon les estimations de l'ONU -10.000 d'après Khartoum- et 2,7 millions de déplacés.