Des journalistes français espionnés par les services marocains via un logiciel israélien (médias)

18 juillet 2021 à 21h02 par AFP

AFRICA RADIO

Un service de sécurité marocain a utilisé un logiciel-espion mis au point par une société israélienne pour viser une trentaine de journalistes et de patron de médias français, selon une enquête publiée dimanche dans plusieurs médias, dont Le Monde, The Guardian et The Washington Post.


Le logiciel espion Pegasus de la société israélienne NSO Group, s'il est introduit dans un smartphone, permet d'en récupérer les messages, les photos, les contacts, et même d'écouter les appels de son propriétaire. NSO, régulièrement accusée de faire le jeu de régimes autoritaires, a toujours assuré que son logiciel servait uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes.Selon cette vaste enquête, de multiples journalistes et patrons de médias français figurent sur la liste des cibles de Pegasus, dans les rédactions du quotidien Le Monde, du Canard enchaîné, du Figaro ou encore de l'Agence France-Presse et de France Télévisions. "A plusieurs reprises, le consortium Forbidden Stories et le Security Lab de l'ONG Amnesty International ont pu techniquement déterminer que l'infection avec Pegasus avait été couronnée de succès", écrit Le Monde, notamment dans le cas d'Edwy Plenel, le fondateur du site d'informations en ligne Mediapart, de Dominique Simonnot, ancienne enquêtrice du Canard enchaîné et désormais contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, mais aussi d'une journaliste du Monde", qui a souhaité rester anonyme."L'espionnage de mon téléphone et de celui de ma consoeur @LenaBred mène directement aux services marocains, dans le cadre de la répression du journalisme indépendant et du mouvement social", a réagi Edwy Plenel sur Twitter.Amnesty International avait déjà dénoncé en 2020 l'infection du téléphone du journaliste marocain d'investigation Omar Radi par le logiciel espion Pegasus.La société NSO a démenti les allégations "mensongères" publiées dimanche par le collectif Fordidden Stories.dab/fjb