Dette: les créanciers de la Zambie rejettent un moratoire

Par AFP

AFRICA RADIO

Le demande de la Zambie, désormais au bord du défaut de paiement, d'un moratoire sur les intérêts d'une partie de sa dette, a été rejetée par ses créanciers, a annoncé vendredi le gouvernement.

Alertant sur une situation macroéconomique et fiscale "très difficile" aggravée par la pandémie de Covid-19, le pays d'Afrique australe avait demandé fin septembre à ses créanciers internationaux une suspension de six mois du paiement des intérêts de trois eurobonds (euro-obligations) à partir du 14 octobre. Cette date correspondait à une échéance de paiement prévue dans le cadre du remboursement d'un eurobond de 750 millions de dollars qui arrive à échéance en 2022."Bien que le gouvernement regrette que les obligataires n'aient pas approuvé les demandes formulées de bonne foi par la Zambie, nous restons déterminés à trouver une solution consensuelle et collaborative à la dette", a déclaré la ministre des Finances Bwalya Ng'andu dans un communiqué.Un moratoire devait aussi permettre de décaler les échéances de paiement liées à deux autres eurobonds, respectivement d'un montant d'1 milliard de dollars (échéance 2024) et d'1,25 md USD (échéance 2027).Pays aux ressources limitées, la Zambie a accumulé une dette extérieure de 12 milliards de dollars, dont la moitié vient de créanciers privés, selon l'agence de notation S&P. Presque un quart est dû à des prêteurs chinois.La Banque africaine de développement a évalué la dette publique zambienne à 80% de son PIB en 2019, contre 35% à la fin 2014.Fin octobre, S&P avait estimé que la Zambie ne pouvait plus honorer les échéances de remboursement de sa dette, reléguant ainsi la note de solidité financière du pays dans la catégorie défaut de paiement.Deuxième producteur africain de cuivre, qui a pâti de la chute du cours de certains métaux, la Zambie devrait voir son Produit intérieur brut reculer de 4% en 2020 après +1,7% l'année dernière et +4% en 2018. La croissance du PIB par habitant, elle, va plonger de 6,7% cette année.