Dix-huit morts dans l'incendie d'une maison de retraite en Afrique du Sud

Par La rédaction

JOHANNESBURG (AFP)

Un incendie dans une maison de retraite de Johannesburg a fait 18 morts, trois blessés et 84 sans-abri parmi les pensionnaires souvent trop âgés pour échapper aux flammes qui ont ravagé l'établissement dans la nuit de dimanche à lundi.

"Dix-huit personnes sont mortes et 84 ont été sauvées.Le bâtiment a été envahi par les flammes et le personnel s'est immédiatement mobilisé pour secourir les personnes âgées dans le bâtiment en feu", a déclaré le porte-parole des urgences, Chris Botha, dans un communiqué.

Après avoir éteint l'incendie, les pompiers ont retrouvé 17 corps dans la maison de retraite.Une femme est décédée d'un infarctus après avoir été transportée dans l'église la plus proche où des dizaines de victimes d'inhalations toxiques étaient soignées.

"Deux personnes sont grièvement blessées.Une autre a été brûlée à 40%" et évacuée par hélicoptère vers un hôpital, a précisé M. Botha.

Les sauveteurs et des infirmières ont transporté les pensionnaires hors du bâtiment en feu, certains ont même été traînés sur leur matelas.Ils ont trouvé refuge dans une autre maison de retraite et dans plusieurs églises qui ont demandé de l'aide pour pouvoir répondre à leurs besoins.Les autres ont été hébergés dans leur famille.

L'incendie est survenu dimanche vers 21H00 (19H00 GMT) dans le quartier de Nigel, dans l'est de Johannesburg.Des dizaines de pompiers, policiers et sauveteurs se trouvaient toujours lundi en milieu de journée à la maison de retraite Pieter Wessels, un établissement entouré de champs, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Les pompiers ont mis une heure pour maîtriser l'incendie.Ils ont ensuite étouffé le feu afin qu'il ne reprenne pas.Nos gars ont seulement terminé juste après 04H00 du matin", a déclaré à l'AFP Zweli Dlamini, porte-parole de la municipalité d'Ekurhuleni où a eu lieu le drame.

Les personnes secourues, certaines en fauteuil roulant, d'autres incapables de prononcer leur nom, ont été fortement choquées.

"Les barreaux de sécurité aux fenêtres ont été coupés pour pouvoir libérer les patients.Nous avons couru dans le bâtiment mais il y avait tellement de fumée qu'on ne voyait rien", a expliqué à l'AFP le directeur de la maison de retraite Louis Gouws.

"Les flammes allaient jusqu'à un mètre au dessus du toit.C'était l'enfer à l'intérieur", a-t-il décrit.

Un garde de sécurité a avoué son impuissance: "J'en ai peut-être sauvé huit ou neuf mais certains étaient trop gros pour que je puisse les emmener".

La police a ouvert une enquête pour déterminer les causes de l'incendie et les corps ont été transportés lundi à la morgue.

"Nous sommes toujours en train d'évaluer la situation", a déclaré Oyama Mdleleni, directrice du centre de gestion des catastrophes d'Ekurhuleni.

Selon Rogers Mamaila, porte-parole locale des urgences, l'incendie dans cette maison de retraite est le plus meurtrier qu'il ait connu.

"Nous avons eu de nombreux incendies et évacué beaucoup de gens mais nous n'avons jamais perdu ou transporté autant de personnes", a-t-il regretté.

Le dernier incendie de cette envergure en Afrique du Sud a eu lieu en février.Quinze personnes, dont treize enfants âgés de deux à 15 ans, avaient péri dans un orphelinat dans le sud-est du pays.