Drame de la migration: un marin-pêcheur condamné au Sénégal

Par AFP

AFRICA RADIO

La justice sénégalaise a condamné mardi à deux ans de prison, dont huit mois ferme, un marin-pêcheur accusé d'avoir participé à un transport clandestin de migrants vers l'Europe, au cours duquel un jeune adolescent avait perdu la vie.

La mort en octobre dernier de "Doudou", un apprenti footballeur de 15 ans qui rêvait de poursuivre sa formation en Europe, avait ému le Sénégal, alors confronté à une nouvelle vague de départs vers l'archipel espagnol des Canaries.Ces traversées à haut risque se terminent régulièrement par des naufrages au large du Sénégal et de la Mauritanie, entraînant dans certains cas dramatiques la mort de dizaines de personnes.Le père de Doudou avait remis 250.000 francs CFA (environ 380 euros, soit plus de quatre fois le salaire minimum au Sénégal) pour que son fils soit emmené en Espagne puis en Italie, pour être inscrit dans un centre de formation pour jeunes footballeurs, selon une source proche du dossier.Les détails de sa traversée ne sont pas connus avec certitude, mais il est établi que l'adolescent est tombé malade en mer et qu'il n'a pas survécu, selon la même source.Arrêté fin 2020, son père a été condamné à deux ans de prison, dont un mois ferme, pour "homicide involontaire et complicité de trafic de migrants" par le tribunal de Mbour (ouest).Interpellés en avril, deux marins-pêcheurs de Mbour, soupçonnés d'avoir été membres de l'équipage lors de la traversée, Lamine et Omar Guèye, ont été jugés par le même tribunal en mai.Accusés de "trafic de migrants" et "mise en danger de la vie d'autrui", ils avaient nié, affirmant devant le tribunal ne connaître ni Doudou, ni son père, et n'avoir jamais reçu d'argent de sa part.Lamine Guèye a été condamné mardi à deux ans de prison, dont huit mois ferme, tandis que son frère a été relaxé, a indiqué à l'AFP leur avocat, Abdoulaye Tall, sans préciser les raisons de cette différence de traitement.Un autre pêcheur de Mbour, présenté comme le cerveau de cette affaire, est toujours recherché par la justice sénégalaise.