Ebola: traitements expérimentaux, progrès et retrait

Par La rédaction

Paris (AFP)

Sur le front des traitements expérimentés dans plusieurs pays africains touchés par l'épidémie d'Ebola, une molécule a obtenu des résultats encourageants dans le cadre d'une essai, tandis que l'expérimentation d'un autre médicament a été stoppé en raison de la régression de l'épidémie, même si en janvier les chiffres ont augmenté.

-- TRAITEMENTS EXP�?RIMENTAUX

 

- Le favipiravir (Avigan ou T-705)

Antiviral homologué pour la grippe, de Toyama Chemical (filiale du groupe FujiFilm)

Il a été testé sur 80 malades d'Ebola en Guinée et les résultats préliminaires sont "encourageants", selon l'Institut français pour la santé et la recherche médicale (Inserm, recherche publique) qui a supervisé cet essai.

Mais les résultats scientifiques n'ont pas été détaillés ni encore officiellement publiés, a souligné l'Institut le 5 février.

C'est le seul traitement potentiel en mesure d'être rapidement produit, facile à utiliser, car en comprimés, et pour lequel le groupe assure disposer de "réserves suffisantes pour plus de 20.000 personnes".

Selon Fujifilm, le traitement a par ailleurs déjà été administré en urgence à plusieurs malades d'Ebola soignés en Europe, notamment des soignants, en particulier la jeune infirmière de Médecins sans frontières (MSF), rapatriée et soignée avec succès en France à l'automne 2014.

 

- Le brincidofovir

Antiviral administré par voie orale qui a été développé par la firme américaine Chimerix, à l'origine contre d'autres virus (adénovirus et cytomégalovirus).

L'essai clinique mené au Liberia du brincidofovir a pris fin en raison du déclin de la maladie, a annoncé début février 2015 le Wellcome Trust, fondation médicale britannique qui finance la recherche.

Jamais testé auparavant sur des malades d'Ebola, cette molécule a été administrée aux �?tats-Unis à Ashoka Mukpo, un cameraman, désormais guéri ainsi qu'au Libérien Thomas Eric Duncan, le premier patient diagnostiqué aux �?tats-Unis et mort début octobre à Dallas.

 

- Le ZMapp

Cocktail de trois anticorps "monoclonaux", développé par Mapp Bio (Biopharmaceutical) et sa filiale LeafBio (basées à San Diego, Californie), en collaboration avec un laboratoire canadien de Toronto, et le soutien des gouvernements américain et canadien.Il est extrait du tabac.

Sans avoir fait l'objet d'essais cliniques, il a déjà été administré à titre compassionnel à plusieurs patients infectés par le virus Ebola, dont l'aide soignante espagnole, depuis déclarée guérie. 

Concernant le Zmapp, le Dr Robin Robinson, directeur de l'Autorité américaine de développement et de recherche biomédicale avancée (ASPR), a précisé le 22 janvier 2015 lors d'une téléconférence qu'un essai clinique de phase 1 enrôlerait de 100 à 150 volontaires.

"Si l'efficacité du Zmapp est démontrée, le laboratoire pourra produire plusieurs milliers de doses d'ici la fin de l'année", a-t-il estimé.

L'essai étant prévu aux �?tats-Unis et au Liberia.

Parmi les autres thérapies expérimentales, figure le TKM-Ebola de la société canadienne Tekmira, qui a fait l'objet pour son développement d'un contrat de 140 millions de dollars du département américain de la Défense.900 traitements pourraient être produits d'ici début 2015, d'après un document de l'OMS.

L'AVI-7537 de Sarepta Therapeutics, développé par contrat avec le Pentagone en 2010, a été efficace sur des singes présentant des symptômes d'Ebola (taux de guérison de 60 à 80%), selon la firme américaine.Le produit a été bien toléré lors d'un test sur un petit nombre d'humains non infectés.Une centaine de traitements pourrait être produite d'ici début 2015, selon un document de l'OMS.

Enfin, l'utilisation de thérapies à base de sang de personnes guéries (comme les sérums de convalescents), dans les pays affectés représente une autre option, relevée par l'OMS.