Echauffourées à Abidjan entre jeunes pro-Gbagbo et pro-Ouattara, des blessés

19 novembre 2010 à 22h15 par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

 Des jeunes partisans du président ivoirien Laurent Gbagbo se sont affrontés vendredi à Abidjan avec des militants de l'autre finaliste du second tour de la présidentielle du 28 novembre, Alassane Ouattara, faisant une vingtaine de blessés selon la police.

Ces échauffourées, les premières de cette importance depuis le début de la campagne lancée avant le premier tour le 31 octobre, surviennent à la veille de l'ouverture officielle de la campagne du second tour de ce scrutin historique censé mettre un terme à une décennie de crise politico-militaire.

Environ 300 membres de la Fédération estudiantine de Côte d'Ivoire (Fesci, proche de M. Gbagbo), venus de la cité universitaire Mermoz dans le quartier chic de Cocody et armés notamment de gourdins, avaient pris position en début d'après-midi devant le siège de la coalition pro-Ouattara, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), ont constaté des journalistes de l'AFP.

Certains ont jeté des pierres par-dessus le portail et la clôture, tandis que les jeunes du RHDP repliés dans l'enceinte ont répliqué en lançant eux aussi des projectiles.La circulation a été alors stoppée devant le siège du RHDP.

Plus d'une cinquantaine de membres des forces de l'ordre, qui tentaient de faire barrage devant l'entrée du RHDP, ont après un face-à-face de deux heures environ entre les deux camps eu recours à des gaz lacrymogènes quand des renforts de jeunes du RHDP ont essayé d'affronter ceux de la Fesci.

Un responsable de la campagne RHDP à Cocody, Brou Aka, a affirmé à l'AFP que ces affrontements faisaient suite à l'agression d'un jeune de son bord par des "fescistes", tandis qu'un étudiant, torse nu et foulard sur la tête, a assuré que les siens avaient répondu à une "provocation".

En fin d'après-midi, alors que des jeunes RHDP étaient sortis du bâtiment et se dirigeaient vers les étudiants, la police est parvenue, en lançant à nouveau des gaz lacrymogènes, à disperser les manifestants des deux camps qui se trouvaient à l'extérieur.

La circulation a finalement repris dans la zone, sous la surveillance des forces de l'ordre.Des jeunes mais aussi des femmes étaient demeurés dans l'enceinte du RHDP.

Dans un communiqué lu dans la soirée à la télévision publique, la police a attribué l'origine de la rixe à "des personnes se réclamant du RHDP" et précisé que "le bilan provisoire faisait état d'une vingtaine de blessés", dont "deux" policiers.

Un photographe de l'AFP qui s'était rendu dans l'après-midi dans l'enceinte du RHDP avait constaté qu'au moins cinq blessés s'y trouvaient, dont un homme grièvement touché à la tête.

Cité par la police, le ministre de l'Intérieur Désiré Tagro a lancé un "appel au calme".

Pour l'ouverture de la campagne samedi, le président Gbagbo doit tenir un meeting à Agboville (80 km au nord d'Abidjan) et M. Ouattara réunir ses soutiens dans la capitale économique.