Egypte: neuf exécutions pour l'attaque d'un commissariat en 2013

Par AFP

AFRICA RADIO

Les autorités égyptiennes ont exécuté lundi neuf personnes reconnues coupables d'être impliquées dans l'attaque d'un commissariat en 2013 dans le sud du Caire, a-t-on appris de source judiciaire.

Les exécutions par pendaison ont été conduites à la prison de Wadi al-Natroun au nord-ouest du Caire, selon la même source.Les neuf personnes font partie d'un groupe de 20 individus qui avaient été condamnés à mort en 2018 pour le meurtre de 13 policiers lors des violences survenues le 14 août 2013 au Caire après la dispersion par les forces de sécurité de deux sit-in de partisans de l'ancien président islamiste Mohamed Morsi. Des centaines de manifestants avaient alors été tués.Une foule en colère avait ensuite attaqué un commissariat à Kerdessa, une banlieue du Caire réputée pour être un fief islamiste.La source judiciaire n'a pas précisé le sort des 11 autres personnes condamnées en 2018.Selon des organisations de défense des droits humains, les violences du 14 août 2013 ont été "l'une des plus vastes tueries de manifestants en un seul jour, dans l'histoire récente"."Les exécutions d'aujourd'hui sont une démonstration effrayante du mépris des autorités égyptiennes pour le droit à la vie et pour leurs obligations vis-à-vis du droit international", a estimé Amnesty international dans un communiqué lundi.Les exécutions en Egypte font souvent l'objet de critiques de la part des organisations de défense des droits humains.Ainsi, selon Human Rights Watch, sous la présidence d'Abdel Fattah al-Sissi, élu en 2014, l'Egypte est devenue l'un des 10 pays appliquant le plus les peines capitales.Le mois dernier, 11 détenus de droit commun ont été exécutés après avoir été condamnés pour meurtre.La charia est la principale source des lois égyptiennes, selon la Constitution de 2014. Elle légitime l'application de la peine capitale.Les exécutions visent à la fois des détenus de droit commun et des opposants accusés notamment de faits de terrorisme.Depuis la destitution par l'armée en 2013 de Mohamed Morsi et l'arrivée au pouvoir l'année suivante d'Abdel Fattah al-Sissi, une répression croissante s'est abattue en Egypte sur toute forme d'opposition, islamiste ou libérale.