Egypte: vers un repli de 25% de la fréquentation touristique en 2011

Par La rédaction

PARIS (AFP)

L'Egypte table sur un repli d'environ 25% de la fréquentation touristique en 2011, après la révolte populaire de fin janvier, a déclaré mardi à Paris le ministre égyptien du Tourisme, selon lequel "cette crise est probablement la plus grave" qu'ait connue le secteur dans son pays.

"Nous tablons sur 11 millions de vacanciers cette année contre 14,8 millions en 2010", a déclaré Mounir Fakhry Abdel Nour, lors d'une conférence de presse à Paris, parlant d'"objectif ambitieux mais réaliste".

Selon le ministre, "la chute de 80% de fréquentation touristique observée en février a diminué, passant à -60% en mars et -35% en avril".Depuis le début de l'année, la baisse est de 42% alors que le pays a perdu un peu plus de 2 milliards de dollars de recettes.

"Je crois en une reprise rapide", a ajouté Mounir Fakhry Abdel Nour, en soulignant que les "stations balnéaires de la Mer Rouge repartaient plus vite que la Haute-Egypte et Le Caire".

La clientèle russe, la première toutes nationalités confondues avec 2,8 millions de touristes en 2010, fréquente essentiellement les stations balnéaires.

"Tout est mis en oeuvre pour que les touristes reviennent", a poursuivi le ministre égyptien en affirmant à plusieurs reprises qu'il n'y avait pas de problème de sécurité.

"Aucun incident n'a concerné un touriste", a-t-il martelé, assurant également que les moyens donnés à la police chargée spécialement du tourisme ont été "renforcés".

Le ministre, qui a rencontré des professionnels français du secteur lundi ainsi que le secrétaire d'Etat Frédéric Lefebvre, a déclaré ne pas être favorable à une baisse des prix des prestations en Egypte mais plutôt "à un surplus de service pour le même prix".

Mounir Fakhry Abdel Nour juge aussi indispensable de mettre sur pied "de nouvelles offres concernant le tourisme égyptien en citant un allongement des promenades sur le Nil, ou des zones inexploitées dans le désert occidental.

Visant également les Bric, le ministre lorgne les clientèles indiennes et chinoises qui commencent à voyager.Son but est d'"atteindre les 20 millions de touristes et les 20 milliards de dollars de recette d'ici 5 ans"."Encore faut-il que la région se calme", a-t-il conclu.