Dépêches AFP

Elections au Malawi: un informaticien dénonce une manipulation des résultats

08 novembre 2019 à 15h50 Par AFP
Un témoin-clé cité par l'opposition malawite, qui a demandé l'annulation pour fraude de la réélection du président Peter Mutharika en mai, a affirmé vendredi que les résultats du scrutin produits par la Commission électorale avaient été manipulés. Daud Suleman, un expert en informatique qui a travaillé pour un parti d'opposition pendant l'élection, a affirmé devant la Cour constitutionnelle que des données essentielles avaient été supprimées lors de l'enregistrement des résultats.Le spécialiste a notamment insisté sur l'absence de pare-feux dans le système informatique de la Commission (MEC), "ce qui représente une chose anormale très grave et inhabituelle".En mai, la MEC avait proclamé la réélection de M. Mutharika, avec 38,57% des suffrages, soit 159.000 voix d'avance sur son principal rival, Lazarus Chakwera (35,41%).L'opposition a dénoncé des fraudes et saisi la justice pour demander l'annulation du scrutin. La Cour constitutionnelle se penche sur ce dossier depuis août."Un système informatique n'est bon que s'il est protégé de toute interférence et que si ceux qui l'ont conçu n'avaient pas d'arrière-pensées", a plaidé vendredi Mordecai Msiska, l'avocat du parti de Lazarus Chakwera.L'avocat de la MEC, Kalekeni Kaphale, a appelé à la prudence : "Attendez le contre-interrogatoire du témoin" à partir de lundi, "et attendez que le témoin de la MEC soit entendu".Selon Danwood Chirwa, professeur de droit malawite enseignant à l'université sud-africaine du Cap, le témoignage de Daud Suleman a été "accablant"."Le témoin s'y connaît, il est confiant, clair et précis", a-t-il déclaré à l'AFP. "Il a fourni aux juges une compréhension claire de ce qui s'est passé (...) Il a montré que le système informatique utilisé par la commission n'était pas sûr, manipulable et qu'il avait été de fait manipulé".Depuis l'annonce de la victoire de Peter Mutharika, le Malawi, petit Etat pauvre d'Afrique australe traditionnellement stable, a été le théâtre de violentes manifestations de l'opposition.