En Libye, sit-in anti-régime dispersé par la force et défilé de ses partisans

16 février 2011 à 12h10 par La rédaction

TRIPOLI (AFP)

La police libyenne a dispersé par la force dans la nuit de mardi à mercredi un sit-in contre le pouvoir à Benghazi (est), une intervention suivie de manifestations en faveur du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi dans plusieurs villes du pays, selon la presse libyenne.

Quatorze personnes ont été blessées dans des affrontements à Benghazi, deuxième ville du pays, à 1.000 km à l'est de Tripoli entre des manifestants et les forces de l'ordre, a rapporté le journal Quryna.

Parmi les blessés figuraient "trois manifestants des deux bords et 10 membres des forces de l'ordre", selon le journal citant le directeur de l'hôpital sans donner de précision sur le quatorzième blessé.

"Aucun d'eux n'a été grièvement touché", a-t-il ajouté.

Les forces de l'ordre étaient intervenues, selon le journal, pour mettre fin à des affrontements entre des partisans du leader libyen Mouammar Kadhafi et des "saboteurs" parmi des manifestants qui s'étaient rassemblés pour réclamer la libération d'un avocat représentant des familles de prisonniers tués en 1996 dans une fusillade dans la prison d'Abou Salim à Tripoli.

Ces manifestations interviennent avant une "journée de colère" libyenne prévue jeudi, selon des appels lancés sur Facebook.

L'avocat, Fethi Tarbel, a été arrêté selon le journal "pour avoir répandu une rumeur selon laquelle la prison était en feu", avant d'être relâché à la suite de la manifestation.

En dépit de sa remise en liberté, les manifestants "auxquels se sont jointes des personnes munies d'armes blanches et de cocktails molotov" ont marché jusqu'au centre-ville où "ils ont incendié et endommagé des voitures, essayé de détériorer des biens publics, bloqué la route et jeté des pierres", selon Quryna.

Pour faire face à ces manifestants, des associations pro-Kadhafi ont organisé une marche qui s'est dirigée vers la même place "mais une poignée de saboteurs cherchant à semer la zizanie et à perturber la stabilité du pays leur ont lancé des pierres", affirme le journal.

Des heurts "qui n'ont pas duré très longtemps" ont alors éclaté entre les deux camps "avant que les saboteurs ne prennent la fuite", selon la même source.

Selon des sources concordantes les manifestants de Benghazi ont scandé des slogans contre le régime: "Benghazi réveille toi c'est le jour que tu attendais", le sang des martyrs n'est pas versé en vain", ou encore "le peuple veut faire tomber la corruption", selon des sites arabes d'information.

Peu après, des centaines de manifestants pro-régime ont défilé à Benghazi mais aussi à Syrte (est), Sebha (sud) et Tripoli, selon des images de le télévision d'Etat.

A partir de 04H00 locales (02H00 GMT), la chaîne al-Jamahiriya a diffusé des images en direct de manifestants défilant à pieds et en voiture, brandissant des drapeaux et des photos du colonel Kadhafi et scandant des slogans à la gloire du Guide de la révolution libyenne et contre la chaîne satellitaire Al-Jazira, accusée par le régime d'inciter à la révolte dans des pays arabes particuliers.

Le journal indique que ces incidents sont survenus "au moment où des personnalités libyennes de l'opposition, résidant aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne et détenant la nationalité de ces pays, ont lancé une campagne d'incitation sur la chaîne américaine (de langue arabe) al-Hurra, contre la Libye depuis plusieurs jours pour ébranler la stabilité et la sécurité du pays".

Par ailleurs, dans une pétition reçue lundi par l'AFP, plus de 200 signataires et des organisations d'opposition libyennes basées à l'étranger ont souligné "le droit du peuple libyen d'exprimer son opinion dans des manifestations pacifiques" et appelé le colonel Kadhafi et sa famille à quitter le pouvoir.