Enquête corruption: après Eni et Shell, deux intermédiaires présumés relaxés en Italie

24 juin 2021 à 11h40 par AFP

AFRICA RADIO

La Cour d'appel de Milan a acquitté jeudi le Nigérian Emeka Obi et l'Italien Gianluca Di Nardo, qui avaient été condamnés en 2018 à quatre ans de réclusion pour corruption internationale, dans une affaire impliquant les géants pétroliers Eni et Shell.

Mis en cause dans une vaste affaire de corruption au Nigeria, Eni et Shell avaient été relaxés en mars en première instance par un tribunal de Milan.Dans ce procès retentissant, le parquet italien avait soupçonné les deux groupes d'avoir versé 1,092 milliard de dollars de pots-de-vin, sur un total de 1,3 milliard déboursés en 2011, pour l'acquisition au Nigeria d'une licence d'exploration du bloc pétrolier offshore OPL-245.Emeka Obi et Gianluca Di Nardo, qui n'ont pas encore commencé à purger leurs peines, avaient été soupçonnés d'avoir assumé le rôle d'intermédiaires dans cette affaire.La Cour d'appel a également annulé les saisies décidées en première instance, de 98,4 millions de dollars pour le premier et de 21 millions de francs suisses pour le second.Selon l'accusation, M. Obi, propriétaire de la société Energy Venture Partners, aurait été chargé par l'ex-ministre nigérian du Pétrole, Dan Etete, de trouver un acquéreur pour OPL-245, un bloc qu'il s'était attribué en 1998, en la vendant à Malabu, une société qu'il détenait lui-même secrètement.C'est paradoxalement Emeka Obi qui a conduit à l'éclatement de l'affaire en ayant cité devant la justice londonienne Dan Etete pour se faire payer sa commission. Il a obtenu gain de cause en juillet 2013, en recevant 110 millions de dollars.bh/gab/thm