Espagne: une centaine de migrants tente d'entrer dans l'enclave de Melilla

14 juillet 2021 à 14h51 par AFP

AFRICA RADIO

Une centaine de migrants a tenté mercredi de traverser la frontière entre l'enclave espagnole de Melilla et le Maroc, ont indiqué les autorités espagnoles deux mois après une vague migratoire inédite et une crise diplomatique majeure entre les deux pays.


En mai, l'autre enclave espagnole située dans le nord du Maroc, Ceuta, avait été submergée par l'arrivée soudaine de plus de 10.000 migrants, en grande majorité des jeunes et des adolescents marocains, à la faveur d'un relâchement des contrôles par la police marocaine.Environ 20 personnes sont parvenues à atteindre Melilla mercredi et deux policiers espagnols ont été légèrement blessés, a indiqué un porte-parole de la préfecture de Melilla."Les migrants ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre marocaines qui ont activement aidé les forces de l'ordre espagnoles à contenir cet assaut", a-t-il ajouté.Les personnes qui ont été interceptées ont été conduites à un centre de migrants où elles seront soumises à des tests pour le coronavirus.Lundi, 119 personnes avaient réussi à pénétrer à Melilla sur un groupe de 200 ayant tenté de franchir la triple clôture métallique marquant la frontière avec le Maroc.Melilla et Ceuta, seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l'Afrique, sont soumises depuis des années à une forte pression migratoire, à laquelle s'ajoute depuis le printemps 2020 la fermeture de la frontière du côté marocain, officiellement pour éviter l'entrée de cas de coronavirus.Les migrants qui tentent ce passage arrivent soit à la nage en longeant les côtes, soit en escaladant les clôtures ou en se cachant à bord de véhicules.Mi-mai, Ceuta avait connu une vague migratoire exceptionnelle de près de 10.000 personnes, dont de nombreux mineurs, dans un contexte de crise diplomatique majeure entre Madrid et Rabat, provoquée par l'accueil en Espagne, pour y être soigné, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, ennemi juré de Rabat. M. Ghali a quitté l'Espagne début juin pour l'Algérie, mais les relations entre Madrid et Rabat restent tendues.