Dépêches AFP

Ethiopie: 30.000 enfants risquent de mourir de faim au Tigré, selon l'Unicef

11 juin 2021 à 13h11 Par AFP
Des dizaines de milliers d'enfants souffrant de malnutrition risquent de mourir dans la région éthiopienne du Tigré (Nord), désormais touchée par la famine et où l'aide humanitaire peine à arriver, ont mis en garde vendredi les Nations unies. "Sans accès humanitaire pour augmenter notre aide, quelque 30.000 enfants souffrant d'une sévère malnutrition dans ces zones extrêmement peu accessibles courent un grand risque de mourir", a déclaré à Genève James Elder, porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).Les combats depuis novembre au Tigré ont perturbé les récoltes dans une région déjà en situation d'insécurité alimentaire.Les agences humanitaires de l'ONU ont prévenu jeudi que des millions de personnes y avaient besoin d'aide alimentaire, dont 350.000 sont menacées de famine, et ont dénoncé le blocage de l'aide par des "groupes armés", sans les identifier individuellement.Le conflit au Tigré met aux prises les forces des anciennes autorités régionales - issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) - et l'armée fédérale éthiopienne, épaulée par des troupes des autorités régionales voisines de l'Amhara, ainsi que par l'armée érythréenne.Jeudi, Mark Lowcock, chef des opérations humanitaires des Nations unies a estimé que "la famine sévit actuellement au Tigré", soulignant que le nombre de personnes confrontées à des conditions de famine "n'a jamais été aussi élevé ailleurs dans le monde depuis que 250.000 Somaliens ont perdu la vie en 2011".Les organisations humanitaires internationales se plaignent depuis des mois d'être empêchés d'accéder à de larges zones du Tigré par les forces éthiopiennes et leurs alliées érythréennes. Ces dernières ont également été accusées de piller l'aide humanitaire."Nous ne nous pouvons pas aller du tout" dans un quart de la zone où l'aide du PAM semble nécessaire, a expliqué vendredi, Tommy Thompson, coordinateur de l'urgence au Programme alimentaire mondial (PAM) depuis l'Ethiopie lors d'un briefing par vidéo organisé à Genève."Personne n'est allé dans beaucoup de ces endroits et c'est là que nous pensons que les gens meurent", a-t-il ajouté.- "Refoulées par les belligérants" -En plus d'un accès à ces zones, il a lancé un appel urgent à un financement supplémentaire des opérations d'aide et à l'arrêt des hostilités, soulignant le danger encouru par le personnel humanitaire dans les endroits où il parvient à se rendre."Neuf humanitaires ont déjà été tués", a-t-il rappelé, ajoutant que les travailleurs humanitaires font face à une hostilité croissante aux points de contrôle.En outre, souvent "nous fournissons de l'aide (...) pour qu'au final les bénéficiaires se la fassent voler violemment".L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a "des équipes prêtes, des cliniques mobiles (...) capables de nourrir, de fournir des soins", mais "nos équipes sont refoulées par les belligérants", a expliqué une porte-parole de l'OMS, Margaret Harris, aux journalistes."Les enfants dénutris sont plus susceptibles de contracter de nombreuses maladies infectieuses et d'en mourir, telles que pneumonies, diarrhée, paludisme ou rougeole", a-t-elle rappelé, "tout les ingrédients d'une situation explosive sont là".Les Etats-Unis et l'Union européenne (UE) ont lancé jeudi un appel pressant à l'action pour lutter contre la menace de famine, à la veille d'un sommet des dirigeants du G7 au Royaume-Uni.Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix 2019, a envoyé l'armée fédérale au Tigré en novembre 2020 pour arrêter et désarmer les dirigeants du TPLF, parti à l'époque au pouvoir dans cette région du Nord du pays et qui défiait le gouvernement central.Il avait promis une campagne rapide, mais presque six mois après la prise de la capitale régionale, Mekele, par l'armée fédérale, des combats se poursuivent au Tigré et la situation humanitaire se dégrade.