Ethiopie: HRW dénonce des cas de torture de prisonniers politiques

Par La rédaction

Addis Abeba (AFP)

Des prisonniers politiques sont détenus dans des conditions épouvantables et torturés en Ethiopie, dénonce Human Rights Watch (HRW), dans un rapport que le gouvernement dit bourré de mensonges.

Dans le document, d'ex-détenus de la prison Maekelawi d'Addis Abeba disent avoir été "giflés, avoir reçu des coups de pied et avoir été battus avec divers objets, dont des bâtons et des crosses d'armes" au cours d'interrogatoires.

D'autres racontent avoir été maintenus de force "dans des positions douloureuses et pendant très longtemps, attachés au mur par les poignets, tout en étant souvent battus".

Pour les autorités éthiopiennes cependant, le rapport de HRW, qui regroupe les témoignages de 35 ex-détenus, "est extrêmement biaisé".

"Ils ne produisent aucune preuve", a estimé le porte-parole du gouvernement, Shimeles Kemal, interrogé par l'AFP.Selon lui, toutes les prisons éthiopiennes suivent des règles très strictes garantissant aux détenus des traitements humains.

Dans son rapport, HRW dit encore que des proches et des avocats se sont vu refuser l'accès à des détenus.

L'organisation de défense des droits de l'Homme basée à New York presse encore l'Ethiopie de ne maintenir personne en prison sans charge et pour des durées indéterminées.