Ethiopie: l'ONU s'inquiète des récoltes au Tigré sur fond de criants besoins alimentaires

6 août 2021 à 14h13 par AFP

AFRICA RADIO

Le besoin crucial d'aide alimentaire dans la région éthiopienne du Tigré, en proie à un violent conflit, devrait persister en 2022 en raison du manque de récoltes attendu cette année, a indiqué vendredi le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths.

"J'ai eu de nombreuses discussions avec les administrateurs locaux au Tigré sur ce dont ils ont besoin, et ils ont besoin de nourriture", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'ONU à Genève, de retour d'une visite de six jours en Ethiopie, incluant un déplacement au Tigré (nord)."Les récoltes, qui ont récemment été plantées, devraient seulement produire entre un quart et au maximum la moitié de la production habituelle. Donc le besoin de nourriture va perdurer jusqu'à l'année prochaine", a-t-il estimé.M. Griffiths tire de sa visite une conclusion principale: le besoin de parvenir à faire entrer 100 camions d'aide par jour au Tigré. Les dirigeants éthiopiens "m'ont tous parlé de manière constructive sur leurs efforts pour que cela puisse fonctionner", a-t-il dit.Les travailleurs humanitaires se plaignent qu'en dépit de la déclaration d'un cessez-le-feu fin juin, l'accès de l'aide au Tigré reste difficile, perturbé par l'insécurité et les blocages administratifs. Quelque 5,2 millions de personnes - soit plus de 90% de la population du Tigré - vivent grâce à l'aide extérieure, selon l'ONU pour qui 400.000 personnes y connaissent la famine."Jusqu'à aujourd'hui, 178 camions, qui avaient été bloqués dans la région voisine d'Afar, ont pu atteindre Mekele", la capitale régionale du Tigré, a indiqué M. Griffiths. "Il y en a encore une quarantaine d'autres qui attendent de partir", a-t-il ajouté.M. Griffiths a en outre réitéré son appel à mettre fin au conflit."La guerre doit s'arrêter et le cessez-le-feu humanitaire est une nécessité flagrante", a-t-il insisté.Le Tigré a plongé dans la violence en novembre dernier, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée dans la région pour destituer les autorités locales du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) à la suite, selon lui, de l'attaque de camps militaires par des forces tigréennes.Abiy Ahmed avait rapidement déclaré victoire après la prise par les soldats éthiopiens de Mekele, avec l'aide de l'Erythrée voisine, ennemi ancestral du TPLF, au pouvoir en Ethiopie durant trois décennies avant l'avènement d'Abiy Ahmed en avril 2018.Les forces tigréennes ont néanmoins continué leur lutte et repris Mekele et plusieurs autres villes du Tigré en juin. Après un cessez-le-feu décrété par Abiy Ahmed et le retrait des soldats éthiopiens, les forces tigréennes ont poursuivi leur offensive vers les régions voisines Amhara et Afar.