Ethiopie: la protection des civils au Tigré doit être "une priorité" (commission des droits humains)

3 juillet 2021 à 13h51 par AFP

AFRICA RADIO

La Commission éthiopienne des droits humains (EHRC) a appelé samedi à des "mesures d'urgence" pour assurer "la sûreté et la sécurité des civils (qui) doivent rester une priorité" dans la région du Tigré, en proie à un conflit ravageur depuis huit mois.


Cette région du nord de l'Ethiopie est le théâtre de combats depuis que le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée, début novembre, pour renverser les autorités régionales dissidentes, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).Cette opération militaire s'est transformée en un conflit de longue durée entre des forces pro-TPLF (les Forces de Défense du Tigré, TDF) et l'armée éthiopienne, épaulée par des troupes des autorités régionales voisines de l'Amhara et l'armée de l'Erythrée, pays frontalier du Tigré.Le conflit a été marqué par de nombreux récits d'exactions sur les civils (massacres, viols, déplacements de population...).Plus de 400.000 personnes ont "franchi le seuil de la famine" dans la région et 1,8 million de personnes supplémentaires "sont au bord de la famine", a estimé vendredi un haut responsable de l'ONU, lors d'une réunion publique du Conseil de sécurité.Des ONG et le Programme alimentaire mondial (PAM) se sont alarmés vendredi de la destruction cette semaine de deux ponts cruciaux pour accéder au Tigré, après que les TDF ont repris la capitale régionale Mekele. Accusé de vouloir empêcher l'aide humanitaire d'arriver dans cette région où son armée a perdu du terrain, le gouvernement éthiopien a démenti toute responsabilité."La Commission éthiopienne des droits de l'homme exprime sa profonde préoccupation sur la situation des civils dans la région du Tigré" et "demande instamment que des mesures soient prises d'urgence pour assurer leur sûreté et leur sécurité", a déclaré samedi cet organisme indépendant, mais rattaché au gouvernement fédéral."La sûreté et la sécurité des civils doivent rester une priorité", insiste l'EHRC.Alors que l'électricité et les télécommunications sont coupées et de nombreuses routes impraticables, elle a souligné l'importance de faire "la transparence et la clarté sur la situation sécuritaire et humanitaire actuelle".L'EHRC a appelé toutes les parties à respecter le cessez-le-feu, décrété unilatéralement lundi soir par le gouvernement fédéral et qualifié de "blague" par les TDF.Le gouvernement tigréen d'avant-guerre a toutefois assuré vendredi soutenir l'ONU et les organisations "travaillant à fournir une assistance vitale" aux Tigréens, se disant "déterminé à faciliter l'accès humanitaire".Lors de la réunion du Conseil de sécurité, la secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, a également exhorté jeudi les TDF à "approuver immédiatement et complètement le cessez-le-feu".L'EHRC indique par ailleurs surveiller des informations faisant état "d'arrestations d'employés de médias et d'habitants d'origine tigréenne soupçonnés d'être liés à la situation actuelle dans la région", pointant un "risque de profilage ethnique".