Europa League: le "Turc" Moussa Sow retrouve le football français

Par La rédaction

ISTANBUL (Turquie) (AFP) - (AFP)

Le Sénégalais Moussa Sow, désormais à Fenerbahçe après avoir conquis le doublé Championnat-Coupe et le titre de meilleur buteur de L1 au printemps 2011 avec Lille, retrouve le football français avec la réception de Marseille en Europa League, jeudi à Istanbul.

Avant l'entrée en lice de son club en C3, Moussa Sow affiche sa décontraction dans les jardins du camp d'entraînement cossu de Fenerbahçe, sur la rive asiatique d'Istanbul.

"Ca fait plaisir de rejouer contre un club français", savoure l'avant-centre des "canaris", dont l'élongation qui l'a privé des derniers matches de sa formation n'est plus qu'un mauvais souvenir.

"Quand le tirage est sorti, j'étais content de voir que nous étions dans le groupe de Marseille.J'ai joué le Championnat de France, je sais ce que c'est que de jouer contre l'OM", poursuit le buteur de 26 ans qui a apprécié les débuts fracassants du club phocéen, vainqueur de ses cinq premiers matches de Championnat. 

"Ils sont bien en ce moment, personne ne les attendait à ce niveau", estime l'ancien Lillois."J'ai vu depuis le début de la saison une très belle équipe, avec des joueurs qui reviennent bien, on sent qu'un collectif s'est vraiment créé", poursuit-il, admiratif.

Huit mois après son arrivée sur les rives du Bosphore, Moussa Sow se dit prêt à relever le défi.Sûr de sa forme, de la valeur de son équipe (invaincue après 4 journées de Championnat avec 2 victoires et 2 nuls, ndlr) et de son virage turc, qui a surpris tous ceux qui l'attendaient dans les plus prestigieuses formations d'Arsenal ou Liverpool.

"Mon intégration a été rapide, je ne m'y attendais pas car quand on change de club en pleine saison, c'est difficile", se félicite Moussa Sow."Mais je me sens bien, je marque des buts et tout le monde m'apprécie".

Il le reconnaît, ses débuts n'ont pas été évidents."Les défenseurs sont plus durs, je le ressens sur le terrain.Les deux, trois premiers matches, c'était dur".Mais ses buts marqués contre les clubs concurrents de Besiktas et Galatasaray l'ont rapidement fait adopter.

Hors du terrain aussi, les difficultés n'ont pas manqué.La langue turque, pas facile à dompter."Je connais quelques mots, sur le terrain ça suffit".Ou la presse locale, toujours prompte à souffler sur les braises de la rivalité entre les formations stambouliotes.

Mais pas de quoi lui faire regretter son choix."Mes fans en France ou en Afrique m'ont suivi.Si j'étais parti en Chine, il y aurait eu un risque de disparaître.Mais là, non.Istanbul n'est pas trop loin, tout le monde sait que j'y marque toujours des buts !".Onze déjà en 22 matches, depuis son arrivée.

"Je me sens bien ici", résume-t-il, "je veux faire une belle saison".En ligne de mire, un doublé Coupe-Championnat et un beau parcours européen, à commencer par Marseille."Ca ne va pas être facile, mais chez nous, on sera difficile à battre", prévient Moussa Sow.