Football: le Trophée des Champions au Gabon, opération d'image

Par La rédaction

LIBREVILLE (AFP)

Dans sa désormais traditionnelle exportation du Trophée des Champions à l'étranger, la Ligue de football professionnel (LFP) entend "rendre hommage au football africain" en l'organisant au Gabon, qui inscrit le match de samedi à Libreville dans sa volonté de rayonnement par le sport, à l'image du Qatar.

Ce pays équatorial offre des avantages: il bénéficie désormais des installations héritées de la Coupe d'Afrique des nations 2012, co-organisée avec la Guinée équatoriale.Elles ont d'ailleurs accueilli la prestigieuse sélection du Brésil et le Portugal de Cristiano Ronaldo, en 2012 et 2013 pour des matches amicaux.Un autre stade sera livré en septembre dans la capitale.Le Gabon est de taille modeste (1,5 million d'habitants), mais surtout pacifique et stable; même si, raillent les opposants au président Ali Bongo Ondimba, c'est une stabilité à la Pyrrhus, après les élections de 2009 qu'ils disent truquées par le régime de feu Omar Bongo pour laisser la place à son fils Ali.

Le chef de l'Etat, féru de sport et plus particulièrement de football, a lancé le plan "Gabon émergent" dont un volet promeut le développement économique par le sport.A l'image du Qatar.Il avait d'ailleurs participé au Forum international du sport fin 2012 dans la capitale de l'émirat, Doha, et y avait précisé sa stratégie.

"Comme le Qatar"

Et Ali Bongo ne cesse d'initier de nouveaux évènements sportifs et culturels dans son pays: le Championnat du monde de bateaux à moteur en 2012, le Libreville Moto show (course de moto-cross) en juin, ou encore la 1e édition du carnaval international de Libreville qui s'est tenue en février dans la capitale.Un marathon international de Libreville verra également le jour fin 2013.

"Comme le Qatar, le Gabon a une politique de développement de son image par le sport.On sait que ce n'est pas compliqué d'organiser des matches là-bas, ils ont l'habitude des matches internationaux", affirme-t-on à la Ligue de football professionnel française (LFP)."Ils défraient les équipes, c'est très correct pour nous".

"Le Qatar nous inspire, reconnaît auprès de l'AFP le ministre des Sports, Séraphin Moundounga.L'économie du sport sera à l'avenir l'une des principales avec l'économie du savoir".Et le ministre assure, à l'inverse de la Ligue française, que "tout est financé par la LFP"...

 

                                        Révélation

Certains Gabonais, en revanche, dénoncent à travers ce Trophée des Champions une opération de communication inutile."L'Etat dépense des centaines de millions de Francs CFA pour des festivités qui n'ont aucun impact sur les conditions de vie des Gabonais, alors que la plupart n'ont même pas l'eau ni l'électricité chez eux", s'indigne Georges Mpaga, président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon.

Pour le ballon rond, il existe depuis un an un championnat professionnel, et la Linaf (Ligue nationale du football du Gabon) a signé vendredi un accord de coopération avec son homologue française, portant sur "tous les aspects de la gestion d'un champ professionnel", selon le président de la LFP Frédéric Thiriez".

Le football gabonais, lui, devient ambitieux."Notre vision, c'est de faire du Gabon d'ici 2017 une révélation du football", avance auprès de l'AFP le président de la Linaf, Joël Anicet Birinda.En cas de défaillance de la Libye à organiser la CAN-2017, le Gabon se tient prêt à organiser, seul cette fois, le tournoi continental.

Une éventualité que le ministre envisage également.S'il insiste sur le "retour de la paix et de la stabilité en Libye qui est un pays frère", il dit aussi que "s'il est établi que les conditions ne sont pas réunies pour que la Libye organise la CAN, nous pourrions regarder si nous déposons une candidature".