France-Algérie: "ni déni ni repentance" (ambassadeur)

Par AFP

AFRICA RADIO

La réconciliation entre Paris et Alger doit s'inscrire dans le cadre d'une reconnaissance mutuelle qui ne soit "ni le déni, ni la repentance", affirme mardi l'ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, dans une interview à un quotidien algérien.

"C'est d'un dialogue entre nos deux pays que pourront émerger des mesures symboliques et des actes concrets qui concrétiseront cette volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algérien", plaide M. Gouyette, interrogé sur le récent rapport de l'historien français Benjamin Stora.M. Stora, spécialiste reconnu de l'histoire contemporaine de l'Algérie, a été chargé en juillet par le président Emmanuel Macron de "dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie".Diversement accueilli, son rapport, remis le 20 janvier, a soulevé de vives critiques, aussi bien en Algérie qu'en France, notamment pour ne pas avoir préconisé des "excuses" de Paris pour la colonisation."Je pense que l'objet même de la mission de Benjamin Stora a été mal compris par certains, en France comme en Algérie", estime le diplomate, dans son entretien avec le quotidien francophone L'Expression, proche du pouvoir. "Nous avons observé des réactions critiques de la part de différents groupes mémoriels qui ont jugé que le rapport ne rendait pas suffisamment justice à leur propre expérience de la colonisation et de la guerre", dit-il.Premier président français né après la guerre d'Algérie (1954-1962), M. Macron s'est engagé à prendre des "actes symboliques" pour tenter de réconcilier les deux pays, mais il a exclu toute "repentance" et "excuses"."Depuis son élection, le président Macron a engagé une démarche de reconnaissance lucide des crimes commis durant la période coloniale dans une volonté sincère d'apaisement des mémoires, en France comme dans notre relation avec l'Algérie", explique l'ambassadeur. "Il souhaite poursuivre ce travail par des gestes réciproques, dans un espace de reconnaissance mutuelle avec l'Algérie qui ne soit ni le déni ni la repentance", précise-t-il.Dans un interview télévisée lundi soir, le président Abdelmadjid Tebboune, interrogé sur le même sujet, a répondu que les Algériens "ne renoncer(aie)nt jamais à (leur) mémoire"."Nous ne privilégierons pas de bonnes relations (avec la France, ndlr) au détriment de l'histoire et de la mémoire, mais les problèmes se règlent avec intelligence et dans le calme, et non avec des slogans", a-t-il ajouté.A l'approche du 60e anniversaire de la fin de la guerre et de l'indépendance de l'Algérie en 2022, la "réconciliation des mémoires" est un dossier prioritaire entre Alger et Paris.MM. Macron et Tebboune se sont engagés à travailler ensemble sur cette question mémorielle.