France : Comment faire pour lutter contre le chômage en période de crise ?

Par La rédaction

Face à la montée du chômage dans le pays et au lendemain du sommet social convoqué par l'Elysée, voici quelques propositions pour y remédier. (Dossier à lire dans le Journal « Le Monde » du 19 janvier).Parmi les mesures les plus concrètes et importantes, il y a le recours au chômage partiel pour limiter les licenciements. Il va permettre le maintien de l'emploi en suspendant temporairement l'activité économique, quand l'entreprise se trouvera en difficulté. Cette mesure est soutenue par le gouvernement, les partenaires sociaux et par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Ensuite il y a le « dopage » des embauches par les emplois aidés. C'est aussi une mesure mise en avant par l'OFCE. C'est avec le chômage partiel, « l'autre levier à actionner à court terme pour stimuler les embauches ». Comme troisième mesure, il y a la formation des jeunes qui doit être mieux ciblée. Rappelons qu'ils sont les plus touchés par le chômage (22% de 15 à 24 ans). L'accent doit être mis sur la formation initiale et l'alternance. C'est ce que préconisent l'Institut Montaigne ou la Fondation Jean-Jaurès. Comme quatrième mesure, on peut parler de la flexibilité du salarié. Cette flexibilité s'accompagnera d'une formation continue. Une enquête Ipsos de juin 2011 montre que la flexibilité des salariés (surtout les qualifiés) favorise énormément l'emploi. L'avant-dernière proposition serait d'adapter l'emploi en réorientant l'investissement. En effet, plusieurs organisations pensent que la création d'emplois devra se faire par des investissements dans des secteurs d'avenir (le tourisme ou le numérique, par exemple).Et enfin, la dernière mesure concrète est de mieux « distribuer l'emploi » en réduisant le temps de travail. Elle est nécessaire surtout si les autres mesures citées échouent, ou s'avèrent peu efficaces. Cependant pour cette dernière mesure, l'OFCE estime que l'impact serait négatif sur les salaires, autrement dit il faudra s'attendre à une baisse générale des salaires.Patricia NTSAME