Gabon: "les Etats-Unis reconnaissent" le président Bongo

Par La rédaction

LIBREVILLE (AFP)

Les Etats-Unis ont confirmé vendredi qu'ils reconnaissaient le régime de l'actuel chef de l'Etat gabonais Ali Bongo, selon un communiqué de l'ambassade américaine à Libreville et sans citer nommément l'opposant André Mba Obame qui s'est autoproclamé président le 25 janvier.

"Les Etats-Unis reconnaissent Ali Bongo Ondimba comme étant le président du Gabon.Nous incitons tous les partis (politiques) à respecter la loi gabonaise et la Constitution, à faire preuve de retenue, et encourager le dialogue", déclare l'ambassade dans un communiqué de deux paragraphes, sans plus de détails.

A la question de savoir si l'ambassade avait été saisie d'une demande de reconnaissance par M. Mba Obame ou son entourage, la conseillère chargée des Affaires publiques, Dolores Canavan, a répondu à l'AFP: le communiqué "n'est qu'une affirmation de la position des Etats-Unis sur la présidence d'Ali Bongo Ondimba et n'est pas le résultat d'une requête externe pour une déclaration".

L'actuel ambassadeur américain à Libreville, Eric Benjaminson, a présenté ses lettres de créances au président Ali Bongo en décembre dernier.Avant le Gabon, il a été conseiller à l'ambassade américaine à Ottawa (Canada, 2008-2010) et a notamment travaillé en Namibie et au Burkina Faso.

Ex-ministre de l'Intérieur et député de l'opposition, André Mba Obame conteste la victoire d'Ali Bongo à l'élection présidentielle du 30 août 2009, organisée après le décès d'Omar Bongo et à l'issue de laquelle il a été officiellement classé troisième.

Le 25 janvier, il a prêté serment comme président du Gabon au siège de l'Union nationale en présence de ses compagnons politiques et a nommé son "gouvernement", comprenant un "Premier ministre" et 18 ministres.Depuis, il est réfugié au siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Libreville, où il a appelé la communauté internationale à le reconnaître.Il s'y trouvait toujours vendredi, d'après son entourage.