Gabon : reprise du procès du putsch de janvier 2019

23 juin 2021 à 22h36 par Stéphanie Hartmann

AFRICA RADIO

L'audience de lundi a été interrompue suite à un incident. Les avocats de la défense, Mes Ange Kevin Nzigou, François Meye et Jean Paul Moubembe ont protesté contre le refus du juge de leur donner la parole dès le début de l'audience pour soulever des exceptions d'inconstitutionnalité.


Lors de son audition, le jeune officier putschiste s'est présenté comme le leader de patriotes mus par l’intérêt supérieur de la nation. Selon lui, la décision de prendre le pouvoir a été motivée par une guerre de clans au sein de la présidence gabonaise, à la suite de l'AVC d'Ali Bongo, et la crainte d'une prise de pouvoir par Frédéric Bongo, son frère.

Rapidement arrêté à sa sortie de la télévision nationale, Kelly Ondo Obiang dit avoir été torturé. Ses tortionnaires voulaient qu'il attribue la paternité du coup d'Etat à Brice Laccruche Alihanga, ancien directeur de cabinet d'Ali Bongo, aujourd'hui en détention.

Sur dix accusés, neuf militaires et un civil, six ont déjà été entendus par le tribunal militaire de Libreville. L'audition des autres accusés doit avoir lieu ce jeudi. Mais SOS Prisonniers Gabon dénonce d'ores et déjà une parodie de justice.