Ghana: le président Mahama salue une nouvelle étape dans la démocratie

Par La rédaction

Accra (AFP)

Le président ghanéen John Dramani Mahama a estimé, lors d'un entretien avec l'AFP vendredi, que la démocratie ghanéenne sortait grandie de la longue bataille juridique qui a suivi son élection, au lendemain de la confirmation de sa victoire de 2012 par la  Cour suprême.

"J'ai toujours su que j'avais été élu de façon légitime, et je savais que la justice finirait par être rendue", a-t-il déclaré."Et la justice a fini par être rendue".

Les huit mois de débat qui ont suivi le recours en annulation déposé par le principal parti d'opposition ont tenu les 25 millions de Ghanéens en haleine, dans un pays vu comme un des rares exemples de stabilité en Afrique de l'Ouest.

"Le peuple ghanéen l'a fait.Ils ont envoyé au monde le message que ce pays est  stable politiquement, que sa démocratie a mûri et que nous sommes prêts à faire des affaires avec le reste du monde", a déclaré M. Mahama.

Selon la Commission électorale, M. Mahama a remporté 50,7% des voix contre 47,7% pour le candidat du Nouveau parti patriotique (NPP), Nana Akufo-Addo, au cours d'un scrutin considéré comme honnête par les observateurs extérieurs.

Mais le NPP, à l'origine du recours en annulation, avait dénoncé notamment le bourrage de certaines urnes et la prise en compte du vote d'électeurs n'étant pas munis de pièces d'identité.

Peu après l'annonce du verdict, jeudi, M.Akufo-Addo, chef de l'opposition, a reconnu sa défaite  et félicité M. Mahama et il a déclaré qu'il ne ferait pas appel du jugement.

Malgré les tensions, la présidentielle de 2012 n'a pas été entachée de violences, et aucun trouble n'a été signalé jeudi suite à la décision de la Cour suprême.

M. Mahama a pris ses fonctions en juillet 2012 suite à la mort de son prédécesseur, John Atta Mills, dont il était le vice-président, dans l'exercice de ses fonctions.