Guinée-Bissau: l'ONU menace la junte si le pouvoir civil n'est pas rétabli

21 avril 2012 à 13h56 par La rédaction

NEW YORK (Nations unies) (AFP) - (AFP)

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé samedi la junte qui a pris le pouvoir en Guinée-Bissau de "sanctions ciblées" si le pouvoir civil n'est pas rétabli.

Dans une déclaration, le Conseil exprime sa "ferme condamnation" du coup d'Etat du 12 avril et demande la libération immédiate et sans conditions des dirigeants de Guinée-Bissau détenus, dont le président intérimaire Raimundo Pereira et le Premier ministre Carlos Gomes Junior.

Il demande le "rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel et du gouvernement légitime" dans le pays.

Le Conseil s'engage à envisager des "sanctions ciblées" contre les dirigeants de la junte "si la situation n'est pas réglée".

Jeudi, les pays lusophones, au premier rang desquels le Portugal et l'Angola, avaient plaidé devant le Conseil pour l'envoi d'une force mandatée par l'ONU afin de "rétablir l'ordre constitutionnel" dans le pays.

Une éventuelle "force de maintien de la paix" ou "mission de stabilisation" pourrait intégrer des contingents d'Afrique de l'Ouest et de pays lusophones, notamment des soldats angolais déjà présents sur place dans le cadre d'un accord bilatéral de coopération, ou encore Cap-Verdiens.