Guinée équatoriale: l'opposition en exil lance un appel à la communauté internationale

Par AFP

AFRICA RADIO

Des dirigeants de l'opposition en exil de Guinée équatoriale ont appelé, mercredi à Madrid, la communauté internationale à les aider à regagner leur pays pour y défendre une transition démocratique.

"Nous avons besoin d'aide économique et de protection", a déclaré lors d'une conférence de presse à Madrid, Severo Moto Nsa, 74 ans, dirigeant du Parti du progrès."Nous voulons régler les problèmes du pays avec l'Espagne", ancienne puissance coloniale. "Si l'Espagne nous soutient, la France, les États-Unis et la communauté européenne nous soutiendront. Si l'Espagne dit à Obiang +ne touche à aucun d'entre eux+, la communauté internationale le lui dira aussi", a-t-il ajouté, accompagné de représentants de deux autres partis d'opposition.L'Espagne, la France et les États-Unis sont les premiers investisseurs en Guinée équatoriale, s'est justifié Severo Moto, qui veut s'assurer que les dirigeants d'opposition pourront rentrer sans craintes et poser les bases d'une future transition démocratique à la mort de Teodoro Obiang, qui dirige le pays d'une main de fer depuis 1979.La Guinée équatoriale, petit pays pétrolier d'Afrique, a promis le mois dernier une amnistie "totale" aux membres de l'opposition dans l'optique d'un "dialogue national".Craignant pour leur sécurité, les dirigeants de l'opposition, en exil volontaire à l'étranger, n'ont pas participé en juillet au dialogue impliquant entre autres le gouvernement, des institutions religieuses et des groupes de la société civile.Obiang, 76 ans, a pris le pouvoir en 1979 lors d'un putsch contre son oncle, Francisco Macias Nguema, qu'il fit fusiller.Il a été réélu en 2016 pour un cinquième mandat avec 94% des voix lors d'un scrutin entaché d'accusations de fraude.Son régime est régulièrement dénoncé par les organisations de défense des droits de l'Homme pour sa répression des opposants, des organisations indépendantes de la société civile et des médias, ainsi que pour l'ampleur de la corruption.