Guinée équatoriale: l'opposition réclame des sanctions internationales

Par AFP

AFRICA RADIO

Le principal parti d'opposition en Guinée équatoriale, Citoyens pour l'innovation (CI), a appelé la communauté internationale à sanctionner le régime de Teodoro Obiang Nguema pour "abus extrême de pouvoir".

Dans un communiqué reçu vendredi par l'AFP, le parti demande à ce que des sanctions soient imposées au gouvernement en place pour non respect des droits de l'homme, alors que le président Obiang célèbre samedi ses quarante ans au pouvoir.CI propose notamment "le refus d'octroyer des visas aux membres de ce gouvernement et de ce parlement monochrome et antidémocratique".Le parti CI, dirigé et fondé par Gabriel Nse Obiang Obono, un ancien lieutenant-colonel de l'armée, avait été légalisé en 2015 mais dissous en février 2018.Dans le même communiqué, CI demande également à "tous les gouvernements du monde (...) d'exiger que le président de la République de Guinée équatoriale et son gouvernement" accordent à CI ses sièges. Le parti avait obtenu deux sièges lors des élections législatives et municipales du 12 novembre 2017, un à la Chambre des députés et un autre dans la municipalité de Malabo. Il a été dissout en février 2018.Des ONG dénoncent régulièrement les abus de pouvoir qui ont jalonné les quatre dernières décennies dans ce petit pays d'Afrique centrale.Teodoro Obiang Nguema, 77 ans, est arrivé au pouvoir par les armes le 3 août 1979, renversant son oncle à la tête de la Guinée équatoriale.