Guinée équatoriale: le gouvernement réplique aux accusations d'Amnesty

8 août 2019 à 14h32 par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement équato-guinéen a répliqué jeudi aux accusations de violations des droits de l'homme lancées par Amnesty International à l'occasion du quarantième anniversaire de la prise de pouvoir du président Teodoro Obiang Nguema.

L'ONG avait dénoncé vendredi la "torture", la "répression d'opposants" et les nombreuses "violations des droits de l'homme" commises par le régime à la tête de ce petit pays hispanophone d'Afrique centrale. Elle s'en était également prise à "un pouvoir qui impose la terreur par des exécutions extrajudiciaires, des arrestations arbitraires et des tortures".Dans une intervention "en réaction à l'article d'Amnesty", le porte-parole du gouvernement Eugenio Nze Obiang a déclaré à la télévision d'Etat que la présidence Obiang avait "changé positivement le cours de l'histoire de notre pays". Il a vanté la "transformation en profondeur" du pays qui vit depuis 40 ans dans "la paix et la prospérité".Teodoro Obiang Nguema, 77 ans, est arrivé au pouvoir à la tête d'une junte qui a renversé son oncle Le 3 août 1979.