Guinée équatoriale: pas de rassemblement ni de marche du 1er mai

30 avril 2011 à 19h11 par La rédaction

MALABO (AFP)

Les traditionnels rassemblements et défilés du 1er mai pour la fête du Travail ont été annulés à Malabo, officiellement pour des raisons de travaux, a annoncé le ministre de l'Emploi alors que l'opposition prévoyait de profiter de l'occasion pour manifester.

"La fête des travailleurs du 1er mai ne sera pas célébrée comme d'habitude.Il n'y aura pas de rassemblement habituel pour écouter le discours du ministre d'emploi ni de marche dans les rues", a déclaré à la télévision d'Etat le ministre d'Emploi et Prévoyance sociale, Estanislao Don Malabo.

Selon la radio d'Etat et le ministre, la marche et le rassemblement ont été annulés pour permettre aux entreprises de terminer dans les temps les travaux en vue du sommet de l'Union africaine qui doit se tenir à Malabo du 29 juin au 1er juillet.

En vue du sommet, le pouvoir fait construire ex-nihilo un complexe hôtelier de grand standing donnant sur la mer à Sipopo, à une dizaine de kilomètres de Malabo et des travaux de rénovation de la capitale sont en cours.

"C'est à la demande des entreprises qui exécutent les travaux de construction de la ville de l'Union africaine à Sipopo.Le temps leur est déjà compté, elles ont demandé travailler même ce jour", a assuré le ministre.

Il a aussi justifié l'annnulation par "le fait que plusieurs routes sont coupées à cause de la construction des voies d'eau et l'arrangement des trottoirs" dans la capitale.

"Ce 1er mai ne sera pas célébrée comme d'habitude, le climat politique est mauvais dehors" a toutefois souligné sous couvert d'anonymat à l'AFP un fonctionnaire.

L'opposition avait prévu de profiter de l'occasion pour manifester."Le 1er mai tous les patriotes guinées doivent sortir dans la rue avec des pancartes demandant la fin de la tyrannie", peut-on lire sur un site internet proche de l'opposition (http://www.guinea-ecuatorial.net/ms/main.asp?cd=ni7776).

Sur ce même site, l'Union populaire (UP), un des principaux partis d'opposition, affirme que le pouvoir a" eu peur d'une véritable manifestation des travailleurs revendiquant leurs droits".Selon l'UP, une "première convocation" avait été faite aux entreprises dans laquelle les autorités précisaient qu'était "interdit tout thème qui ne soit pas des slogans d'adhésion à la bonne politique du gouvernement (...) mais dans la deuxième convocation le 28 avril, on les informe de l'annulation de la manifestation et du défilé".

Deux membres de la commission exécutive nationale du principal parti d'opposition Convergence pour la démocratie sociale (CPDS) ont été arrêtés lundi 25 avril par la police à Bata (sud, continent).L'Un d'eux a été arrêté pour avoir affiché une affiche sur le mur de l'hopital de Bata, appelant la population a manifester le 1er mai", a indiqué la CPDS.

Président en exercice de l'Union africaine, le président Teodoro Obiang Nguema dirige d'une main de fer depuis un coup d'Etat en 1979, ce petit pays devenu le troisième producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne, mais dont l'essentiel de la population vit dans la pauvreté.

M. Obiang a lancé fin mars une concertation avec les partis politiques en vue de réformes, lors d'une rencontre avec l'opposition, M. Obiang a notamment reconnu la "nécessité" de limiter le nombre de mandats présidentiels, de créer un sénat et des mécanismes de contrôle anti-corruption.