Guinée: internet fortement perturbé dans un contexte de tensions politiques

Par AFP

AFRICA RADIO

La Guinée en proie à de fortes tensions post-électorales accusait vendredi de sérieuses perturbations d'internet, ont constaté les correspondants de l'AFP, le groupe spécialisé NetBlocks et la compagnie Orange.

Netblocks, qui surveille de telles coupures en particulier en lien avec la politique, a expliqué soupçonner l'action de l'Etat guinéen.Les journalistes de l'AFP ont constaté que leur liaison internet via le réseau de téléphonie mobile Orange, omniprésent en Guinée, était quasiment inopérante."L'observatoire internet de NetBlocks confirme des perturbations au niveau national dans le service internet en Guinée depuis 07h30 (GMT) ce matin, y compris sur Orange, premier réseau de téléphonie mobile du pays", a indiqué dans un message à l'AFP Alp Toker, directeur exécutif de NetBlocks."Cet incident semble cohérent avec les restrictions imposées par le passé et attribuées aux organes de contrôle étatiques pendant les élections", a-t-il ajouté. Les liaisons internet avaient par exemple été perturbées lors du référendum et des législatives controversées de mars."Orange Guinée a observé que son accès à internet par le câble ACE était coupé à son point d'accès", a annoncé une porte-parole d'Orange. "C'est GUILAB qui gère l'accès du pays à ce câble. Orange a signalé le défaut à GUILAB et attend des informations pour savoir quand les services vont reprendre".ACE est le câble sous-marin qui relie la côte ouest-africaine et l'Europe. GUILAB, ou Guinéenne de large bande, est le premier opérateur d'infrastructures de télécommunications en Guinée et gère la capacité allouée au pays sur le câble sous-marin en fibre optique Africa Coast to Europe.Les violences politiques meurtrières auxquelles est en proie la Guinée depuis des mois se sont avivées après la présidentielle de dimanche, faisant plusieurs morts.Depuis des jours, les internautes s'attendent à des perturbations à l'instigation du pouvoir, dont l'objet serait de contrôler la diffusion d'information au moment de la publication de résultats qui risquent d'échauffer encore davantage les esprits. De telles perturbations ont déjà été rapportés jeudi soir.Les autorités n'ont toujours pas rendu public de résultat global. Mais une telle annonce passe pour très prochaine. Et les résultats préliminaires mais quasiment complets publiés au fur et à mesure par l'organe en charge des élections créditent le sortant Alpha Condé de la majorité absolue dès le premier tour.Avant même la proclamation d'un résultat final, le camp du challenger de M. Condé, Cellou Dalein Diallo, a dénoncé une "fraude à grande échelle" menée selon lui par le pouvoir pour falsifier le vote.