Guinée: trois jeunes tués dans l'éboulement d'un site aurifère

Par AFP

AFRICA RADIO

Trois jeunes, dont deux élèves qui cherchaient de l'or pour financer leur rentrée scolaire, ont été tués dans le nord-est de la Guinée par un glissement de terrain à la suite de fortes pluies, a t-on appris vendredi de sources sécuritaires et de témoins.

L'éboulement dans lequel ont péri ces trois jeunes est survenu jeudi après-midi sur un site aurifère de la sous-préfecture de Kintinian, près de la ville de Siguiri (nord-est), a affirmé à l'AFP Aly Gilbert, un agent de sécurité local. Les trois victimes sont "deux élèves, dont un vient de décrocher son BEPC il y a juste quelques semaines, et un de leur camarades, tous âgés de moins de 20 ans". "Ce sont des jeunes venus de Kérouané (un village voisin) qui profitent des vacances scolaires pour aller chercher de l'or et généralement pour pouvoir payer leurs propres frais de scolarité et les fournitures" en prévision de la rentrée des classes en septembre, a expliqué M. Gilbert.Le bilan pourrait s'alourdir car "en quittant Kérouané pour la mine de Kintinian, les enfants étaient au nombre de cinq. Nous allons poursuivre les recherches pour en avoir le coeur net", a dit la même source.L'éboulement pourrait avoir été provoqué par des pluies très abondantes qui s'abattent depuis fin juin en Guinée, surtout dans le nord-est, a indiqué M. Gilbert.Les éboulements sur des sites aurifères sont fréquents et souvent meurtriers en Guinée. Parmi les milliers d'orpailleurs, beaucoup viennent du Mali, du Sénégal, du Burkina Faso, du Liberia et de Côte d'Ivoire. Plus de 300 fusillades ayant fait au moins 23 morts ont été recensés ces six derniers mois dans cette zone où prolifèrent les armes, ont affirmé le 20 juillet à l'AFP des sources de sécurité et hospitalière. La Guinée au sous-sol regorgeant de minerais (bauxite, diamant et or), est cependant un pays dont la majorité de la population est confrontée à d'importants problèmes de survie quotidienne.