Indigénisation au Zimbabwe: Harare rejette la proposition de Standard Chartered

Par La rédaction

HARARE (AFP) - (AFP)

 Le Zimbabwe a refusé la proposition de la banque britannique Standard Chartered de céder 10% du capital de son implantation locale à des Noirs pour tenter de satisfaire à la nouvelle loi, selon un quotidien citant le ministre de l'Indigénisation.

"La loi est claire.C'est 51% (...) et non les 10% dont ils parlent", a affirmé le ministre, Savious Kasukuwere, au journal The Herald newspaper.

"Leur proposition est inacceptable", a-t-il ajouté.

Un porte-parole de la banque, Lillian Hapanyengwi, a déclaré pour sa part que les négociations avec le gouvernement étaient toujours en cours mais qu'il ne donnerait aucun détail.

Le quotidien cite également une source anonyme au ministère de l'Indigénisation, selon laquelle la banque souhaite garder une majorité de contrôle en arguant que c'est dans l'intérêt aussi du Zimbabwe qu'il en soit ainsi.

La législation, présentée comme un acte de décolonisation économique par le camp du président Robert Mugabe, impose aux entreprises étrangères ou leurs filiales de soumettre d'ici au 25 septembre un plan organisant la cession de 51% de leur capital à des Zimbabwéens noirs.

Onze ans après l'expropriation des Blancs de la plupart des grandes fermes, des banques, des compagnies minières mais aussi Nestlé ou British American Tobacco sont concernées.