JDA du Jeudi 24 Novembre 2011

24 novembre 2011 à 13h55 par La rédaction

RD CONGO : Dernière ligne droite vers le 28 novembre 2011 : En 2006, il fallait tourner la page de la guerre et de la division du pays. Quels sont les enjeux de cette élection présidentielle ? La RD CONGO mériterait de connaître une alternative crédible pour la paix, la croissance économique et l'évolution, d'autant que ce pays est un « scandale » géologique et agricole. Pourquoi ne décollerait-il pas à l'aune de ses potentialités ?POUR EN PARLER :Jean-Paul MOPO KOBANDA, juriste, chercheur et analyste politique, essayisteLebrun KATENDE KANSALA, président du PPRD-France_ -Quel bilan peut-on dresser du mandat du président sortant ?_ -12 candidats se disputeront le fauteuil présidentiel ce lundi 28 novembre 2011, et ce, en un seul tour. Quelles sont les chances des uns et des autres ?_ -Jean-Pierre BEMBA aurait donné comme consigne à ses partisans de voter pour TSHISEKEDI. Cette consigne sera-t-elle suivie ? Pourquoi ?_ -Avec l'imminence de la date des élections cumulées « Présidentielle �?? Législatives », les tensions sont exacerbées dans le pays et dans la nuit du mardi au mercredi, un député de la ville de Kinshasa a été tué à bout portant par des personnes cagoulées. C'est un membre du parti d'opposition à Joseph KABILA. Dans plusieurs provinces, des cas de violences ont été relevés. Nous dirigeons-nous vers un embrasement ?_ -La logistique de ces élections reste le tendon d'Achille de l'opération. Peut-on se rassurer que le matériel électoral sera déployé en temps et en heure à travers toute l'étendue de la République ?_ -Quid de certains coins de la RDC où sévissent encore des bandes armées et où l'Etat est faiblement représenté ?_ -Des rumeurs de fraudes circulent dans les états-majors. Faut-il s'y fier ?_ -Peut-on savoir comment se fera la publication des résultats, provisoires et définitifs ?Un élu du MLC abattu à Kinshasa(BBC Afrique 23/11/2011) La tension est palpable autour des élections du 28 novembre.A l'approche des élections du 28 novembre, la violence ne faiblit pas en République démocratique du Congo.On signale moins d'affrontements entre partisans des différents candidats, mais un député provincial d'opposition a été tuée par balles à Kinshasa mardi soir et la mission d'observation électorale de l'Union européenne s'inquiète de l'insécurité à l'est du pays.Marius Gangale, le chef de file des députés du Mouvement de Libération du Congo à l'assemblée provinciale de Kinshasa, était dans sa voiture avec sa femme lorsque deux inconnus l'ont approché mardi soir.Selon les témoignages recueillis par le secrétaire général du MLC et la police, ils ont tenté d'entrer dans la voiture avant de lui tirer dessus à travers la fenêtre du 4x4.Selon la police, dont plusieurs services ont ouvert une enquête conjointe, les agresseurs auraient également volé un sac dans le véhicule.Campagne électorale-RD Congo: Le sprint final(Afrique en ligne 23/11/2011) A quatre jours de la fin de la campagne électorale, le sprint final. A quatre jours de la clôture de la campagne électorale, c'est le sprint final. Tous se ruent pour la dernière carte qui se joue à pas de charge, en attendant le 28 novembre pour l'élection présidentielle et les législatives. Quand bien même le ciel ne nous tomberait pas sur la tête, une chose est du moins sûre : l'heure est à l'assaut final. On est en plein dans le sprint final. Et on se fait des pieds et des mains dans ce qui apparaît comme un combat de « fauves » pour les ultimes moments d'une démonstration où les cadeaux sont exclus.Malheurs à ceux qui vont rater le coche car le challenge qui se joue depuis le lancement de la campagne électorale le 28 octobre et dont le ban va se fermer, une fois pour toutes, le 28 novembre au terme d'un double scrutin, présidentiel et législatif, laissera bien de monde sur les bords de la route.Cela est d'autant plus vrai que la donne pourrait changer ou ne pas l'être. La configuration politique pourrait, elle aussi, soit garder le même tableau, soit subir une transformation radicale, si pas profonde, qui pourrait aller du tout au tout.Elections en RDC: craintes de fraudes et de cafouillages techniquesCinq jours avant la fin de la campagne électorale en RDC, où le scrutin est prévu lundi 28 novembre, les principaux candidats à la présidentielle vont de ville en village à bord de leur avion de location. Mais l'ambiance n'est pas franchement à l'optimisme. Les candidats d'opposition dénoncent des tricheries, ceux du pouvoir craignent des contestations et les observateurs indépendants prédisent au moins des désordres.La demande par l'opposition d'un audit du fichier électoral aura occupé le débat politique pendant plusieurs mois. Finalement cette vérification n'a pas été faite, et à cinq jours du scrutin, on sait maintenant qu'il est trop tard. C'est donc dans une atmosphère de méfiance que se déroulera cette élection.Les listes d'électeurs, selon la loi, devaient être affichées devant tous les bureaux de vote un mois avant le scrutin. C'est loin d'être fait. Beaucoup d'électeurs ne savent pas où ils vont voter. On dénonce des bureaux de vote fantômes. Des achats de cartes d'électeurs.