JDA du Lundi 07 Novembre 2011

7 novembre 2011 à 8h43 par La rédaction

NIGERIA : La fête du mouton a été particulièrement perturbée au Nigeria le week-end dernier. La secte islamiste « BOKO HARAM » revendique une série d'attentats dans le pays. Le dernier en date, le week-end dernier, a fait à Damaturu plus de 150 morts. Cet attentat visait des postes de police et des églises._ - Qu'est-ce que cette secte islamiste « BOKO HARAM » ?_ - Quelle est la signification de cette dénomination ? �?? quelles sont les visées du « BOKO HARAM » ?_ - Pourquoi le gouvernement semble impuissant devant ce phénomène ? _ - Le « BOKO HARAM » a-t-il une vraie assise religieuse, étant donné qu'il se réclame de l'Islam ?POUR EN PARLER :_ �?�Daouda ALIOU, journaliste, correspondant d'AFRICA N°1 à Lagos_ �?�Georges JOHNSTON, journaliste, animateur de radioBoko Haram est un mouvement islamiste armé actif au nord-est du Nigeria, principalement dans les �?tats de Borno, de Yobe et de Bauchi.Le groupe, activement combattu par les forces armées nigérianes, s'est illustré par une série de violences à l'encontre du gouvernement, des chrétiens et de la population musulmane des régions où ils sont implantés. Prônant un islam radical et rigoriste, l'idéologie du mouvement s'inspire des Talibans d'Afghanistan, rejetant la modernité et visant à instaurer la charia dans les provinces au Nord du pays.Le nom de Boko Haram provient du dialecte Haoussa et signifie « l'éducation occidentale est un péché ». Dénonçant la corruption des politiques et les privilèges des nantis, Boko Haram souhaite instaurer la charia et un �?tat islamique au Nigéria.Selon l'avis d'experts en réponse à des rumeurs prêtant à la secte des liens avec Al-Qaïda, les deux groupuscules poursuivent des objectifs différents. Bien que tous deux opposés à la modernité et aux valeurs occidentales, Boko Haram se distingue par des attaques essentiellement anti-gouvernementales et non envers des intérêts occidentaux. De plus, ses membres se revendiquent des Talibans Afghans sans pour autant entretenir de liens directs avec eux.Une série d'attaques sanglantes ont eu lieu ce vendredi 4 novembre 2011 à Damaturu. Elles ont visé principalement la police et les églises de cette ville du nord-est du Nigeria. Et à Maiduguri, c'est un bâtiment hébergeant des militaires chargés de la sécurité de l'�?tat et le bureau des services de renseignements qui ont été la cible d'attentats-suicide. Un membre de la secte islamiste Boko Haram a revendiqué samedi ces attentats tout en menaçant de continuer « à attaquer » des cibles gouvernementales. Un membre de la secte islamiste Boko Haram a revendiqué samedi ces attaques tout en menaçant de continuer "à attaquer" des cibles gouvernementales "tant que les forces de sécurité continueront à persécuter nos membres et civils vulnérables".Le nord-est du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 160 millions d'habitants, est en proie à de fréquentes attaques de la part des combattants de la secte Boko Haram, qui lutte pour une application stricte de la charia. Deux kamikazes se sont ainsi fait exploser vendredi près d'une base militaire à Maiduguri. Le nord du Nigeria est majoritairement musulman, avec des minorités chrétiennes, le sud à dominante chrétienne. A Damaturu, les assaillants ont attaqué à la bombe un quartier général de la police, trois postes de police et plusieurs églises de la ville.La loi islamique, dans une version modérée, a été réintroduite dans 12 Etats septentrionaux du Nigeria il y a une dizaine d'années. Boko Haram a revendiqué l'attentat-suicide contre le siège des Nations unies dans la capitale Abuja le 26 août, qui a fait 24 morts. A Damaturu, le quartier général de la police semble avoir été une des premières et principales cibles des islamistes présumés.Des barrages ont été installés par des soldats et policiers dans plusieurs quartiers de la ville. Dans une autre ville de la région, Potiskum, une grenade a explosé près d'un poste de police. Un policier a ensuite été tué lors d'échanges de tirs.