JDA du Lundi 12 Décembre 2011

Par La rédaction

LES ELECTIONS EN AFRIQUE : Les Elections se suivent et se ressemblent en Afrique. Précipitation dans la préparation ; le recensement est sujet à caution, le pouvoir tenant à travailler sur l'existant et rejetant toute idée de révision de listes électorales ; les opérations électorales sont contestées avant le jour prévu ; la compilation et le traitement des résultats du scrutin ne font presque jamais l'unanimité. Et s'en suivent des contestations, mères de violences. Comment parvenir à organiser de bonnes élections, dont les résultats seraient acceptés par tous ? Les technologies peuvent-elles aider à plus de TRANSPARENCE dans l'organisation des élections en Afrique. Biométrie, réseaux sociaux, internet�?�seraient-ils la solution ?POUR EN PARLER :Clément AGANAHI, Expert électoral et système d'identification_ �?�Les technologies peuvent-elles aider à plus de transparence dans l'organisation des élections en Afrique ?_ �?�Parlez-nous de l'importance du recensement électoral ?_ �?�Le premier problème se situe dans l'établissement des listes électorales. Quelles sont les différentes techniques pouvant fiabiliser les listes électorales, tendon d'Achille des élections en Afrique ?_ �?�Eu égard à la faiblesse des moyens de communication dans les pays africains, la technologie peut-elle aider à la centralisation, compilation, diffusion et dissémination des résultats des élections ?_ �?�Le Gabon qui se prépare à affronter les élections législatives dans quelques jours voit son opposition mettre l'accent sur la BIOMETRIE. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce procédé ? Et quel est le coût de cette technique ?_ �?�Un autre souci est le découpage des circonscriptions électorales. Comment privilégier la représentativité sans pour autant léser certains pans de populations ? A quels dangers s'exposent-t-on si le découpage est défaillant ?_ �?�Techniquement, quelles impressions portez-vous sur les élections en RD Congo, au Cameroun et en Côte d'Ivoire ?_ �?�Vous évaluez actuellement les élections qui se sont tenues au Togo et en Guinée Conakry. Pouvez-vous nous parler de ce qui a marché et de ce qui n'a pas été bien fait dans ces pays ?_ �?�Quels conseils prodiguerez-vous aux pays qui se préparent à aller aux élections en Afrique bientôt ?Les TIC, outils pour la démocratie ?Expérience du Mali :Les questions que soulève toute expérience de ce genre en Afrique tiennent au danger que peut susciter l'espoir que les TIC réalisent des miracles en dehors des contraintes préalables. Il faut cependant reconnaître les avantages dont le processus électoral malien a pu bénéficier grâce à l'adoption de ce nouveau système de communication. La CENI, après le 13 avril, a réaménagé son système de couverture du territoire en renforçant l'équipe de la CITA, société qui a établi le fichier informatique et a fait appel à d'autres compétences extérieures comme la société Bintta SA, à travers son fournisseur d'accès et opérateur Malinet. Trois techniciens de Malinet par région ont été envoyés auprès des commissions électorales régionales dans les huit régions du pays. Chaque équipe disposait d'un micro-ordinateur et d'un modem connecté à une ligne téléphonique par laquelle étaient convoyés les résultats en provenance des circonscriptions électorales jusqu'à concurrence des cercles qui seuls disposent de cette infrastructure de base. Une fois les résultats centralisés au niveau régional et sous la supervision des commissions électorales régionales, les équipes techniques les mettaient directement sur le site de Malinet en mentionnant le cercle, le nombre de sièges à pourvoir, le taux de participation, le pourcentage obtenu par les partis politiques, le nombre d'inscrits et le nombre de votants. L'équipe de la CENI pouvait ainsi suivre de Bamako les résultats au fur et à mesure qu'ils tombaient dans les régions. Le système a permis de donner des informations précises, de sécuriser la transmission des résultats dans un délai de 24 heures sur toute l'étendue du territoire de 1 240 000 km2. L'informatisation des listes électorales a empêché les tentatives de fraude lors des opérations de vote.