Kabila juge la paix de "retour" en RDC, la reconstruction priorité de 2011

Par La rédaction

KINSHASA (AFP)

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a estimé mercredi que la paix était de "retour" dans quasiment tout le pays, et insisté sur la reconstruction du pays, qualifiée de "priorité" pour 2011, année de l'élection présidentielle.

"Quelques foyers de tensions résiduels persistent encore ça et là, du fait de la présence de groupes armés étrangers", comme les rebelles hutus rwandais et les rebelles ougandais dans l'est, a déclaré M. Kabila dans un discours à la nation au parlement à Kinshasa, pour le 4e anniversaire de son élection à la tête du pays.

"La situation s'est sensiblement améliorée (...), la paix est donc bien de retour sur pratiquement l'ensemble du territoire national", a-t-il estimé, alors que près de 1,8 million de personnes sont encore déplacées, principalement dans l'est, où des groupes armés et milices locales sont toujours actifs.

Le chef de l'Etat, qui devrait se représenter à la présidentielle de novembre 2011, a ensuite longuement évoqué la reconstruction du pays, principalement dans le domaine des infrastructures qu'il a qualifié de "priorité des priorités".

"Le défi dans ce secteur est titanesque, vu que pratiquement rien d'économiquement significatif n'avait été construit pendant près de 40 ans", a-t-il déclaré.

Les infrastructures font partie des "Cinq chantiers" (avec l'Education et la santé, l'eau et l'électricité, le logement, l'emploi), qui figuraient dans son programme de campagne lors de l'élection présidentielle de 2006.

M. Kabila a évoqué la réhabilitation prochaine de la voie ferrée dans quatre provinces du sud-est, dont le Katanga, le projet d'un port en eau profonde dans le Bas-Congo (ouest), ou encore les travaux de réhabilitation des universités de Kinshasa, Kinsangani (nord-est), et Lubumbashi au Katanga.

Au sujet de la Commission électorale nationale et indépendante (CENI), chargée d'organiser les élections de 2011 et qui n'a pas encore été installée, il a estimé que "sa neutralité ne doit souffrir d'aucune contestation".Le président de la CENI, qui doit prochainement être désigné, pourrait être un pasteur, proche du président Kabila.

Ce "tour d'horizon montre à suffisance qu'avec la vision et la volonté, il est possible de réaliser en quelques mois ce qui ne l'a pas été depuis plusieurs années", a assuré M. Kabila.