Kenya: 1 mort dans une manifestation contre la "disparition" de revenus touristiques

Par La rédaction

Nairobi (AFP)

Au moins une personne a été tuée dans des affrontements avec la police kényane lors d'une manifestation organisée pour protester contre le détournement présumé de recettes issues de la célèbre réserve animalière du Masaï Mara, a-t-on appris auprès de responsables kényans mardi.

Des milliers de personnes, emmenées par des élus, ont protesté lundi devant les bureaux des autorités départementales à Narok.Située à quelque 140 km à l'ouest de la capitale Nairobi, Narok est la principale localité à proximité du Masaï Mara.

Les manifestants reprochaient au gouverneur, Samuel Ole Tunai, de ne pas pouvoir expliquer la disparition de "milliards de shillings" -- des dizaines de millions de dollars -- de revenus touristiques et de fonds alloués par Nairobi.

Selon le quotidien Daily Nation, quelque 500 policiers et un hélicoptère avaient été déployés pour disperser les manifestants.Toujours selon le journal, ils ont utilisé des gaz lacrymogènes avant de tirer à balles réelles sur la foule.

Les médias kényans ont fait état de deux morts.Un seul a été confirmé par des responsables locaux.

Des blessés ont aussi été recensés parmi la police et les manifestants.

Le directeur du Département d'enquêtes criminelles kényan, Ndegwa Muhoro, a affirmé mardi que les autorités locales avaient été "convoquées" à Nairobi pour déterminer comment la manifestation avait ainsi pu dégénérer.

Les touristes étrangers paient un droit d'entrée de 80 dollars par jour quand ils visitent le Masaï Mara.

Ces revenus sont essentiels pour préserver les réserves kényanes, et des animaux de plus en plus menacés par le braconnage.

Le gouverneur de Narok a cependant refuté toute accusation de corruption et rejeté la responsabilité des violences de lundi sur les manifestants.

"Il est regrettable que certains responsables incitent des habitants pacifistes (...) à perpétrer des actes criminels en attaquant des policiers dans l'exercice de leurs fonction", a-t-il déclaré dans un communiqué.