Kenya: au moins 4 morts dans l'effondrement d'un immeuble

Par La rédaction

Nairobi (AFP)

Au moins quatre personnes ont été tuées et une quarantaine blessées dans l'effondrement d'un immeuble de cinq étages dimanche soir à Nairobi a fait, selon un nouveau bilan donné lundi par la Croix-rouge kényane.

Les espoirs s'amenuisaient lundi soir de retrouver des survivants alors que huit personnes pouvaient toujours se trouver sous les décombres.Selon les secouristes, l'une des victimes est un nourrisson âgé d'une journée.

Le président Uhuru Kenyatta a averti que les constructeurs seraient poursuivis en justice s'ils n'avaient pas respecté les règles d'urbanisme.Le chef de l'Etat a condamné "la prolifération de l'impunité" des bâtisseurs qui ne tiennent pas compte des "lois et régulations élémentaires".

Le bâtiment, situé dans le quartier de Haruba dans la capitale kényane, s'est écroulé vers 19H00 locales (16H00 GMT), dimanche, déclenchant une vaste opération de secours impliquant des agents municipaux, des policiers et des soignants, a constaté un photographe de l'AFP.

"Si [les secours] ne procèdent pas assez précautionneusement tout pourrait s'effondrer et ce serait un désastre, mais après 24h nous n'avons plus beaucoup d'espoir" de retrouver des survivants, a déclaré à l'AFP Corine Torre de l'organisation Médecins Sans Frontières.

Les cinq étages étaient habités et un sixième était en construction.D'après le représentant du comté de Nairobi, Tom Odongo, les étages supérieurs avaient été construits très vite les uns après les autres et le bâtiment avait été érigé sans permis de construire.

Il était mitoyen d'une école primaire et jouxtait un enchevêtrement de maisons densément peuplées sur l'autre façade.

"Tout est parti à vau-l'eau", s'est lamenté Joseph Oloo, un rescapé de la catastrophe."J'ai une femme enceinte.Je n'ai plus nulle part où aller.Tous mes documents, mes certificats...Mon argent est perdu.Je suis dépouillé."

Plusieurs bâtiments se sont effondrés ces derniers années à Nairobi et dans d'autres villes du Kenya, en pleine vague d'euphorie immobilière et de constructions tout azimut.Le dernier accident remontait au 18 décembre, avec un écroulement qui avait fait au moins six morts et 11 blessés.