Kenya: cinq policiers tués près de la frontière somalienne

Par La rédaction

Nairobi (AFP)

Cinq policiers kényans ont été tués mardi dans l'est du Kenya, par des hommes armés qui leur ont tendu une embuscade à Liboi, une localité proche de la frontière somalienne, a annoncé un haut responsable de la police.

"Cinq (policiers) ont été tués sur le coup, après être tombés dans une embuscade lors d'une patrouille.D'après nos informations, de très nombreuses balles ont été tirées contre leur véhicule", a déclaré ce responsable policier.

Deux autres policiers ont été blessés et sont dans un état critique, selon ce responsable policier ayant requis l'anonymat, qui a précisé qu'une vaste opération était en cours pour retrouver les tireurs, non identifiés.

Aucune réaction officielle des autorités kényanes n'a pu être obtenue dans l'immédiat.

Liboi, à environ 550 km à l'est de Nairobi, est un poste-frontalier situé à une quinzaine de km de la frontière avec la Somalie.

L'attaque de mardi n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, mais les insurgés somaliens shebab avaient revendiqué une attaque contre un commissariat de Liboi en mai dernier, qui avait fait cinq morts - deux policiers et trois civils.

Sept personnes avaient également été tuées près de Liboi en février quand des hommes armés avaient ouvert le feu dans une mosquée.

Le département de Garissa, où est située Liboi, et plus généralement la façade est du Kenya, frontalière avec la Somalie, sont l'objet de nombreuses attaques, le plus souvent attribuées aux shebab et à leurs sympathisants depuis que l'armée kényane est entrée en Somalie en octobre 2011 pour combattre les islamistes somaliens.

Fin septembre, deux policiers kényans avaient été tuées et trois blessés dans l'attaque nocturne d'un poste de police à Mandera, située à la pointe nord-est du Kenya et bordant les frontières somalienne et éthiopienne.

Plusieurs attaques attribuées au shebab ou revendiquées par les islamistes somaliens ont également visé d'autres régions du Kenya, notamment celle de la Côte et Nairobi.La plus spectaculaire et meurtrière reste celle du centre commercial Westgate de la capitale kényane, le 19 septembre, par un commando shebab.