Kenya: la CPI satisfaite de la décision contre 6 Kenyans soupçonnés de crimes contre l'humanité

Par La rédaction

LA HAYE (AFP) - (AFP)

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a qualifié mardi de "très bonne" la décision des juges sur la confirmation des charges contre six Kényans qu'il soupçonne de crimes contre l'humanité lors des violences post-électorales en 2007/2008.

"Nous n'allons pas faire appel de la décision, nous pensons que c'est une très bonne décision", a déclaré le procureur lors d'une conférence de presse à la CPI, qui siège à La Haye : "nous nous préparons pour le procès".

Les juges de la CPI avaient confirmé lundi les charges de crimes contre l'humanité retenues contre quatre Kényans, dont les candidats à la présidentielle de 2013 Uhuru Kenyatta, l'actuel vice-Premier ministre, et l'ancien ministre de l'Enseignement supérieur William Ruto.

Les quatre hommes appartiennent aux deux camps qui s'étaient affrontés lors des violences qui avaient fait quelque 1.200 morts et plus de 600.000 déplacés après la réélection contestée du président Mwai Kibaki, et qui se partagent désormais le pouvoir.

Mais les charges retenues contre le chef de la police à l'époque des faits Mohammed Hussein Ali, 56 ans, proche du président Kibaki, et l'ancien ministre de l'Industrialisation Henry Kosgey, 64 ans, ont été abandonnées lundi, les magistrats estimant que les éléments de preuve présentés par le procureur n'étaient pas assez solides.

"Nous allons continuer notre enquête sur les faits", a souligné le procureur, assurant que son bureau tenterait de rassembler d'autres éléments de preuve contre ces deux hommes afin "d'avancer dans ces dossiers".

"La protection des témoins me préoccupe", a ajouté le procureur, soulignant que ceux-ci doivent être préparés pour venir témoigner devant la CPI.

M. Moreno-Ocampo a notamment indiqué que des contacts avec des témoins vont être établis au Kenya alors que son enquête avait été menée jusqu'à présent en dehors du Kenya, dans des pays voisins principalement.

Le procureur a salué mardi la réaction des suspects contre lesquels les charges ont été confirmées, qualifiant de "remarquable" le fait que ceux-ci aient assuré qu'ils continueraient à coopérer avec la Cour.

Les quatre hommes, MM.Kenyatta et Ruto ainsi que Francis Muthaura, 65 ans, bras droit du président Kibaki, et Joshua Arap Sang, 36 ans, présentateur de radio, font l'objet de citations à comparaître et s'étaient à plusieurs reprises présentés libres lors d'audiences devant la CPI.

Le procureur a assuré être en train de réfléchir à la manière "la plus efficace" de poursuivre les quatre hommes, à savoir s'il faut les juger lors d'un seul et même procès ou dans des procès séparés : "la chambre chargée de les poursuivre pourrait prendre une décision à ce sujet", a-t-il soutenu.