Kenya: saisie de 1,4 tonne d'ivoire à l'aéroport de Nairobi

6 mai 2011 à 10h30 par La rédaction

NAIROBI (AFP)

La police kényane a saisi 1,4 tonne d'ivoire de contrebande dans la nuit de jeudi à vendredi à l'aéroport international de Nairobi, l'une des plus importantes saisies dans le pays ces dernières années, a-t-on appris de source policière.

Les 115 défenses d'éléphants, dont la valeur est estimée à environ 900.000 euros (113 millions de shillings kényans), ont été découvertes jeudi soir dans des caisses métalliques abandonnées dans la zone de l'aéroport réservée aux importations.Les défenses avaient été saupoudrées de poivre pour déjouer le travail de chiens renifleurs.

La commandante adjointe de la police de l'aéroport, Eunice Kihiko, a indiqué à la presse vendredi que les propriétaires de la cargaison avaient vraisemblablement bénéficié de complicités au sein du personnel administratif de l'aéroport, les caisses étant dépourvues de tout document douanier.

"Nous pensons être confrontés à un important réseau criminel et à l'implication d'agents de l'aéroport.Le fait que la cargaison a été retrouvée dans la zone des importations et non celle des exportations montre que quelque chose n'inhabituel s'est produit", a-t-elle déclaré.

La cargaison était destinée à une adresse à Lagos au Nigeria, inscrite sur des étiquettes apposées sur les caisses.Sur ces mêmes étiquettes figuraient deux expéditeurs différents, les ambassades de Papouasie-Nouvelle Guinée et du royaume de Bruneï à Nairobi.

La police s'est rapprochée du ministère des Affaires étrangères pour vérifier si ces ambassades, qui ne sont pas recensées sur le site internet du ministère, existent réellement.

"Ils (les contrebandiers) ont étiquetés les caisses pour faire croire que les défenses provenaient de deux ambassades mais nous pensons clairement qu'il s'agissait d'un stratagème", a commenté Joseph Ngisa, le chef de la police criminelle pour l'aérport.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a prohibé le commerce international de l'ivoire en 1989, même si elle a fini par autoriser, à partir de 1997, les pays d'Afrique australe à procéder à quelques ventes ponctuelles.

En août 2010, deux tonnes d'ivoire avaient été saisies à l'aéroport de Nairobi.