Kenya: un mort dans une manifestation liée à la mort de deux frères arrêtés par la police

5 août 2021 à 13h59 par AFP

AFRICA RADIO

Un manifestant a été tué jeudi dans le centre du Kenya lorsque la police a ouvert le feu pour disperser une manifestation organisée après la mort de deux frères qui avaient été arrêtés pour non-respect du couvre-feu sanitaire, a indiqué la police.

Les deux jeunes hommes de 19 et 22 ans avaient été vus vivants pour la dernière fois dimanche soir, lors de leur arrestation par la police pour être sortis après le début du couvre-feu à 22H00. Leurs corps ont été retrouvés deux jours plus tard par des membres de leur famille à la morgue locale, selon des groupes de défense des droits de l'homme.Leurs morts ont entraîné des manifestations à Embu, où la police a fait usage de balles réelles jeudi pour disperser la foule qui bloquait des routes pour le deuxième jour consécutif."Une personne a été tuée lors de la manifestation, mais nos officiers sont sur le terrain pour maintenir le calme", a déclaré un haut responsable de la police à Embu, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.L'organisme indépendant de contrôle de la police a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête sur la mort des deux frères et avoir dépêché des enquêteurs à Embu."L'autorité décourage la population d'appliquer elle-même la loi en attaquant la police", a ajouté cet organisme en appelant "au calme et à la retenue".La promesse d'une prompte enquête a été saluée par les groupes de défense des droits de l'homme qui estiment que les restrictions liées à la lutte contre la propagation de Covid-19 depuis mars 2020 au Kenya se sont accompagnées d'une "double pandémie" de violences policières. "Nous notons malheureusement qu'il ne s'agit pas du premier mort dans le cadre de la mise en oeuvre par la police des mesures anti-Covid 19", a souligné une coalition de groupes de la société civile dans un communiqué publié jeudi. Des militants des droits de l'homme ont recensé 25 affaires de meurtres extrajudiciaires liées aux mesures anti-Covid, selon un communiqué signé entre autres par Amnesty International et Transparency International.Des groupes de la société civile au Kenya ont recensé en 2020 166 personnes tuées par la police, un record depuis le début de la collecte de ces données en 2007.