Khartoum interdit le survol d'une région frontalière litigieuse

Par AFP

AFRICA RADIO

Les autorités soudanaises ont interdit jeudi le survol d'une région frontalière orientale, après avoir accusé la veille un avion militaire éthiopien d'avoir franchi ses frontières, évoquant "une escalade dangereuse" dans le litige frontalier entre les deux pays.

Selon un communiqué de l'Autorité de l'aviation civile "une notification internationale" a été publiée "indiquant que les avions ont interdiction de survoler la région frontalière d'El-Fashaga".Une source officielle a précisé à l'AFP que "cette décision concerne les avions militaires". Mercredi, Khartoum avait affirmé qu'un avion militaire éthiopien avait franchi ses frontières dans la région d'El-Fashaga, et a mis en garde contre la répétition de "telles hostilités". Le Soudan et l'Ethiopie se disputent cette région frontalière de quelque 250 km2 de terres agricoles fertiles et convoitées par les agriculteurs des deux pays d'Afrique de l'Est.Un porte-parole de l'armée éthiopienne, le général Mohamed Tessema, a indiqué à l'AFP ne pas avoir "d'information tangible" concernant l'accusation de Khartoum, mais que la situation à la frontière était "normale" mercredi. Cette semaine, l'Ethiopie a accusé les forces soudanaises d'avancer dans la région frontalière tandis que le Soudan a affirmé qu'un gang éthiopien avait tué au moins six Soudanais à la frontière.En décembre, Khartoum avait aussi accusé les "forces et milices" éthiopiennes d'avoir tendu des embuscades aux troupes soudanaises à la frontière, faisant quatre morts et 20 blessés.L'Ethiopie avait elle indiqué le même mois que l'armée soudanaise avait "organisé des attaques à l'artillerie lourde" et que "de nombreux" civils avaient été "tués ou blessés".Addis Abeba et Khartoum ont organisé des négociations fin décembre. Le 31, le Soudan a affirmé avoir repris le contrôle des terres occupées par des paysans éthiopiens.La frontière entre les deux pays court sur 1.600 kilomètres et a été créée par un accord en 1902. Passé entre l'Ethiopie et l'administration coloniale britannique qui dirigeait à l'époque le Soudan, cet accord ne contenait pas de démarcation précise.El-Fashaga borde la région éthiopienne du Tigré, où un conflit meurtrier a éclaté en novembre entre les autorités fédérales et locales, et poussé des dizaines de milliers d'Ethiopiens à fuir au Soudan.La dispute territoriale entre les deux pays intervient au moment où ils tentent de trouver un accord avec l'Egypte au sujet du Grand barrage de la Renaissance, que l'Ethiopie construit sur le Nil bleu. Khartoum a annoncé dimanche l'échec de ces pourparlers.