L'Afrique australe apporte son soutien au Sahara occidental

26 mars 2019 à 14h19 par AFP

AFRICA RADIO

Plusieurs dirigeants d'Afrique australe ont apporté mardi leur soutien au Sahara occidental, qualifié par l'un d'entre eux de "dernière colonie" sur le continent africain.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré que la réunion de deux jours qui a réuni les leaders de neuf pays africains à Pretoria à l'appel de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) représentait "un acte historique de solidarité".Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole annexée en 1975 par le Maroc qui le considère comme partie intégrante de son territoire alors que les séparatistes du Front Polisario en revendiquent l'indépendance."Nous nous tenons à vos côtés, nous vous soutenons et nous ne vous oublierons jamais", a ajouté M. Ramaphosa.Il n'est pas allé jusqu'à comparer l'annexion du Sahara occidental au régime de l'apartheid qui a pris fin en 1994 en Afrique du Sud avec l'élection du président Neslon Mandela.Mais, a-t-il dit, "c'est la solidarité internationale qui a mis fin au système d'apartheid brutal de l'Afrique du Sud et c'est la solidarité internationale qui verra se réaliser les aspirations premières du peuple du Sahara occidental à être indépendant et libre".Les pourparlers de Pretoria font pression pour un référendum sur le statut du Sahara occidental, une solution pronée par le Polisario pour cette étendue désertique de 266.000 km2 dans une région riche en phosphates et bordée d'eaux poissonneuses. Le Maroc refuse toute solution autre qu'une autonomie sous sa souveraineté.A Pretoria, le président namibien Hage Geingob, actuel président de la SADC qui regroupe 15 pays, a qualifié le Sahara occidental de "dernière colonie" de l'Afrique. "La communauté internationale doit continuer à soutenir les efforts visant à résoudre une fois pour toutes la question du Sahara occidental, la dernière colonie du continent, afin d'organiser un référendum libre et équitable pour déterminer leur destin ", a déclaré M. Geingob. Une deuxième série de pourparlers de l'ONU s'est achevée vendredi près de Genève, avec le représentant du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Kohler, qui a admis que "de nombreuses positions divergent toujours fondamentalement".Lundi, le Maroc avait mobilisé le soutien de 36 pays réunis en "conférence ministérielle africaine" à Marrakech contre toute "interférence" dans le processus politique des Nations unies. La déclaration finale rappelle "l'exclusivité des Nations unies en tant que cadre de recherche d'une solution politique, mutuellement acceptable, réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara".