L'Afrique australe reporte sa décision sur les fermiers blancs du Zimbabwe

Par La rédaction

WINDHOEK (AFP)

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) a reporté de plusieurs mois sa décision sur le refus de Harare d'appliquer le jugement du tribunal régional invalidant l'expulsion des fermiers blancs, mardi soir en clôture de son 30e sommet à Windhoek.

Elle a également félicité le Zimbabwe pour les progrès réalisés depuis la formation d'un gouvernement d'union et encouragé Madagascar au dialogue tout en maintenant les sanctions à son encontre "jusqu'au retour à l'ordre constitutionnel", selon le communiqué final.

La décision de la SADC sur le tribunal régional était très attendue pour mettre un terme à la bataille juridique avec le Zimbabwe, pays qui n'a jamais été inquiété par le bloc régional en raison du rôle de son président Robert Mugabe dans la lutte pour l'indépendance et de son grand âge.

Il a finalement été décidé mardi de nommer une équipe d'experts afin de régler d'ici six mois le problème d'interprétation des textes entre les deux parties, selon un membre du bloc régional.

"Le sommet a décidé qu'un rapport sur le rôle, les fonctions et les termes de référence du tribunal de la SADC devait être réalisé et conclu dans les six mois", a annoncé le secrétaire général adjoint du bloc régional, Joao Samuel Caholo, lors de la lecture du communiqué final.

"Sur la base de ce rapport, un sommet extraordinaire sera organisé pour en discuter", a déclaré à la presse le secrétaire général Tomaz Salomao à l'issue du sommet, sans donner de date.

Le président Mugabe, 86 ans, a simplement fait une petite référence à ce sujet lors de son discours célébrant les 30 ans d'indépendance de la région."Nous avons pris notre terre aux colons et les Britanniques étaient d'accord.Nous avons pris la terre et les fermiers s'y sont opposés", a-t-il déclaré sous les applaudissements de l'assemblée.

Saisi en 2008 par 78 fermiers blancs visés par un ordre d'expulsion du gouvernement zimbabwéen, le tribunal régional avait invalidé cet ordre.Harare avait alors fait valoir qu'il n'avait jamais ratifié le protocole d'accord sur ce tribunal.Ses détracteurs avaient répliqué que la signature du traité de la SADC incluant ce protocole revenait à reconnaître l'existence même de cette institution juridique.

Durant ce sommet de deux jours, la SADC a par ailleurs félicité les dirigeants zimbabwéens "pour leurs efforts" depuis la formation d'un gouvernement d'union entre le parti de M. Mugabe et l'opposition début 2009, tout en les appelant à "maintenir leur engagement dans la mise en oeuvre de l'accord de partage du pouvoir", précise le communiqué final.

Plusieurs points de cet accord, signé en 2008 afin de mettre fin à une grave crise politique, n'ont pas encore été appliqués comme les nominations de hauts responsables ou encore l'élaboration d'une nouvelle constitution.

Les dirigeants d'Afrique australe se sont également penchés sur Madagascar, suspendu de l'organisation après l'éviction du président Marc Ravalomanana par l'ancien maire d'Antannarivo Andry Rajoelina en mars 2009.

Le bloc régional a rappelé dans son communiqué final la nécessité de dialogue entre les différentes parties et encouragé son médiateur Joaquim Chissano à poursuivre ses efforts.Un bureau de liaison va être créé pour faciliter son travail.

Sur le volet économique, les membres de la SADC ont décidé de nommer un groupe d'experts "pour consolider et affiner le travail technique exécuté jusqu'à présent afin de trouver un accord" sur l'union douanière.Il a pour mission de rendre son rapport avant décembre 2011.

Le prochain sommet du bloc régional aura lieu en Angola en 2011.