L'Afrique du Sud annonce la création d'un tribunal pour récupérer les bénéfices de la corruption

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé dimanche qu'il allait créer un tribunal chargé de récupérer, avec une procédure accélérée, les profits de la corruption, au moment où le gouvernement est confronté à une avalanche d'accusations de corruption.

L'existence d'une corruption endémique au sein du Congrès national africain (ANC), le parti de Nelson Mandela au pouvoir depuis la fin de l'apartheid en 1994, a été évoquée dans deux enquêtes judiciaires."Examiner ces affaires dans le cadre d'une procédure accélérée devant le tribunal spécial permettra aux unités spéciales d'enquête de récupérer des sommes d'argent et/ou des avoirs perdus par les institutions de l'Etat par des moyens irréguliers et la corruption", ont déclaré les services de M. Ramaphosa dans un communiqué.Ce tribunal statuera conformément à la loi civile et comprendra sept juges.Cette annonce de la présidence sud-africaine intervient au lendemain de la promesse du dirigeant du principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (AD), Mmusi Maimane, de créer "une unité anticorruption" composée de procureurs et d'enquêteurs spécialisés s'il est élu à la tête de l'Etat."Je veux dire à tous les hommes politiques: si vous êtes corrompus, vous pouvez vous attendre à passer 15 ans en prison", a assuré samedi M. Maimane devant des milliers de partisans de l'AD réunis dans un stade de Johannesburg à l'occasion du lancement du manifeste du parti pour les élections du 8 mai prochain.Malgré le marasme économique et les scandales de corruption qui l'éclaboussent, l'ANC est donné largement favori des élections générales du 8 mai.Le président Ramaphosa, qui tient son mandat des députés, devrait être reconduit dans ses fonctions.