L'Egypte craint les conséquences des attaques de requin sur le tourisme

Par La rédaction

CHARM EL-CHEIKH (Egypte) (AFP)

Projet de filets anti-requins, experts étrangers appelés à la rescousse: les autorités égyptiennes tentent de faire face aux conséquences d'attaques de requins qui pourraient menacer le tourisme en mer Rouge, l'un des piliers de l'industrie touristique du pays.

Quatre touristes, trois Russes et un Ukrainien, ont été blessés les 30 novembre et 1er décembre lors de deux attaques séparées.Quelques jours plus tard, une septuagénaire allemande était tuée par un squale près du rivage, sous le regard horrifié des vacanciers.

Ces attaques ont provoqué la perplexité des experts, qui tentent de trouver une explication avant que les plages de Charm el-Cheikh, fermées à la baignade depuis dimanche, puissent de nouveau accueillir les baigneurs.

De source officielle, cette mesure n'a pas encore provoqué d'annulations dans les dizaines d'hôtels de luxe de la station balnéaire, paradis de la plongée sous-marine qui reçoit de 3 à 4 millions de visiteurs par an.

Mais une interdiction de se baigner prolongée pourrait nuire à l'industrie touristique, qui représente près de 11% du PIB de l'Egypte.

"Nous n'avons pas reçu d'annulations.Il n'y a pour l'instant rien de négatif.Mais si les plages restent fermées, nous serions préoccupés", a affirmé la porte-parole du ministère du Tourisme, Omayma al-Husseini.

"80% des touristes (en Egypte) viennent pour la plage.C'est pour cela que nous serions inquiets", a-t-elle expliqué.

Avec 11,5 milliards de dollars de revenus attendus en 2010, le tourisme emploie de 10 à 12% de la main d'oeuvre du pays.Plus de 12 millions de touristes ont visité l'Egypte en 2009, dont plus de deux millions venus de Russie.Quatorze millions sont attendus sur 2010.

Une responsable russe, citée par Al-Ahram online, version anglophone internet du quotidien gouvernemental égyptien du même nom, a affirmé que les réservations russes avaient baissé de 20% depuis les attaques de squales.

"Le plus vite les Egyptiens règleront le problème et garantiront la sécurité sur leurs plages", le mieux ce sera pour redonner confiance aux touristes, a dit Nadezhda Nazina, vice-ministre russe des sports et du tourisme.

Elena Ribac, directrice d'une agence de voyages moldave organisant des séjours à Charm el-Cheikh, a aussi indiqué avoir noté une baisse des réservations.

"Je crois que personne n'a envie d'être mangé par un requin.Nous ne vendons pas autant qu'avant", assure-t-elle dit.

Les autorités ne veulent plus prendre de risques après l'attaque meurtrière de dimanche, survenue 24 heures après la levée de l'interdiction de baignade décrétée après les attaques contre les touristes russes et ukrainien.

Des experts égyptiens et étrangers sont sur place pour tenter de comprendre pourquoi les requins sont venus aussi près du rivage.Les squales auraient pu être attirés par une personne qui les aurait illégalement nourris ou par un changement de l'écosystème, selon les théories.

Mohamed Abdel Fadel Choucha, le gouverneur du Sud-Sinaï, a affirmé à la presse que les plages ne seraient rouvertes qu'une fois que les requins auraient été capturés ou que des protections auraient été mises en place pour les baigneurs.

"Le critère (pour rouvrir les plages) est double.Les experts doivent nous dire comment faire face aux requins, comment les attraper.L'autre est de prendre des précautions, comme d'installer des filets devant les plages", a-t-il dit.

"Nous ne pouvons pas interdire indéfiniment la baignade, nous allons mettre des filets devant les plages pour ceux qui veulent nager", a-t-il ajouté.

Le requin qui aurait attaqué les baigneurs a été capturé vendredi mais celui qui est responsable de la mort de la touriste allemande est toujours libre, selon les responsables égyptiens.