L'Ethiopie dément les accusations américaines sur le blocage de l'aide au Tigré

20 août 2021 à 16h04 par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement éthiopien a démenti vendredi les nouvelles accusations de la directrice de l'Agence américaine d'aide internationale (USAID) Samantha Power, sur le blocage de l'acheminement de l'aide humanitaire dans la région du Tigré en proie à un conflit meurtrier.


Le Tigré se trouve depuis plusieurs mois au coeur d'une grave crise humanitaire, selon les Nations unies, alors que l'aide internationale peine à parvenir à cette région du nord de l'Ethiopie en raison de nombreux retards et obstacles administratifs. L'acheminement de l'aide humanitaire dans la région, où la famine menace des centaines de milliers de personnes, reste "terriblement insuffisant", a déclaré Mme Power jeudi dans un communiqué. Elle a averti que la nourriture s'épuisait. "Cette pénurie n'est pas due au manque de nourriture, mais au fait que le gouvernement éthiopien entrave l'aide et le personnel humanitaire, y compris les convois terrestres et l'accès aérien", a-t-elle déclaré."Les Etats-Unis appellent le gouvernement éthiopien à autoriser immédiatement l'entrée rapide de l'aide humanitaire au Tigré afin d'éviter un arrêt catastrophique de l'aide alimentaire dont des millions de personnes ont besoin pour survivre", a déclaré Mme Power."Cette semaine, pour la première fois en neuf mois de conflit, les travailleurs humanitaires vont se retrouver à court de nourriture à distribuer aux millions de personnes qui souffrent de la faim", a-t-elle ajouté.Elle a déclaré que les travailleurs humanitaires avaient connu des retards "inacceptables" aux points de contrôle, des fouilles intensives répétées et avaient fait l'objet de harcèlement.Mais le gouvernement éthiopien a nié qu'il bloquait "volontairement" l'aide humanitaire au Tigré.La porte-parole du gouvernement, Billene Seyoum, a déclaré que "ce n'est pas le cas", affirmant que le gouvernement autorisait les convois d'aide à entrer au Tigré, tout en déclarant que la sécurité est une "priorité qui ne peut être compromise".Début août, Samantha Power avait déclaré que seule 10% de l'aide humanitaire parvenait au Tigré. Quelque 5,2 millions de personnes - soit plus de 90% de la population du Tigré - vivent grâce à l'aide extérieure, selon l'ONU.Le Nord de l'Ethiopie est en proie à un violent conflit depuis plus de neuf mois.Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé en novembre 2020 des troupes au Tigré pour destituer les autorités régionales, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Selon le prix Nobel de la paix 2019, cette opération répondait à des attaques contre des camps de l'armée fédérale ordonnées par le TPLF.Il a proclamé la victoire fin novembre après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais le 28 juin, les forces pro-TPLF ont repris Mekele, puis une grande partie du Tigré. Depuis, elles ont poussé vers l'est et le sud, dans les régions voisines de l'Afar et de l'AmharaDans le passé, le gouvernement éthiopien et les rebelles du Tigré se sont mutuellement accusés d'entraver l'acheminement de l'aide dans cette région.