L'ex-PDG d'Elf entendu à Abidjan dans une affaire judiciaire togolaise

Par La rédaction

PARIS (AFP) - (AFP)

L'ex-PDG d'Elf, Loïk Le Floch-Prigent, est "entendu en qualité de témoin à Abidjan dans une affaire togolaise", a indiqué à l'AFP son avocat français, Me Patrick Klugman.

"M.Le Floch-Prigent a été entendu en qualité de témoin à Abidjan dans une affaire togolaise, à laquelle il se sent parfaitement étranger et qui, ces derniers jours, a pris au Togo un caractère éminemment politique parce que d'autres personnes sont impliquées", a déclaré sans plus de détails Me Klugman, selon qui son client a été arrêté samedi matin.

"Nous pensons qu'il se trouve l'otage d'enjeux internes au Togo qui le dépassent largement", a poursuivi l'avocat.

"Nous sommes très inquiets de son état de santé car il doit subir une intervention médicale importante à Paris la semaine prochaine, prévue de longue date", selon Me Klugman.

"Nous pensons que la seule issue de ce dossier, c'est que M. Le Floch-Prigent puisse rentrer (en France) aussi vite que possible pour être soigné et que sur dénonciation des autorités togolaises, il puisse s'expliquer en France et ainsi bénéficier de toutes les garanties judiciaires et sanitaires", a conclu l'avocat, selon qui son client était toujours dans les locaux des services d'ordre ivoiriens samedi en début de soirée.

Selon une source proche du dossier en France, M. Le Floch-Prigent, qui aura 69 ans la semaine prochaine, a été arrêté alors qu'il se trouvait sur un vol Air France en vertu d'un mandat d'arrêt international lancé par les autorités judiciaires togolaises dans une affaire d'escroquerie.

Dans cette affaire, un ressortissant togolais est également impliqué, a précisé cette source sans plus de détail.

Contactée par l'AFP, une source judiciaire togolaise proche du dossier a confirmé qu'un mandat d'arrêt international avait été lancé dans une affaire d'escroquerie."La procédure judiciaire enclenchée depuis quelques jours dans cette affaire suit normalement son cours", a ajouté cette source.

Loïk Le Floch-Prigent a été nommé dans les années 1980 à la tête des plus grandes entreprises françaises, notamment le géant pétrolier Elf entre 1989 et 1993.Il avait été condamné en 2003 à 5 ans de prison dans l'affaire Elf, qui lui avait valu de passer environ deux ans derrière les barreaux pour des malversations financières.