L'ONU appelle à la fin du conflit au Soudan

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

La mission des Nations Unies au Soudan (Minus) a appelé jeudi les belligérants dans la province soudanaise disputée du Kordofan-Sud à mettre fin aux affrontements, trois jours avant son retrait officiel de cet Etat pétrolier.

A moins de 48 heures de l'indépendance du Sud-Soudan, le chef de la Minus, Haile Menkerios, a déploré l'incapacité du Nord comme du Sud à mettre en oeuvre l'ensemble des clauses de l'accord de paix globale de 2005 (CPA) qui a mis fin à 22 ans de conflit entre Khartoum et rebelles sudistes.

"Un nouveau conflit a éclaté début juin au Kordofan-Sud, avec des conséquences extrêmement inquiétantes sur les citoyens", a-t-il dit à la presse à Khartoum.

"Nous exhortons le gouvernement du Soudan et le SPLM (Mouvement populaire de libération du Soudan) de faire preuve du même esprit de responsabilité qui a mené à la fin de la guerre civile entre le Nord et le Sud, pour mettre fin à ces nouveaux affrontements, cesser les hostilités et régler tous les différends en suspens", a-t-il ajouté.

La Minus, forte de quelque 10.000 hommes, a été déployée dans le Nord et dans le Sud, conformément à l'accord de paix globale.

L'armée soudanaise a toutefois empêché les Casques bleus de jouer un rôle efficace dans le conflit du Kordofan-Sud, qui a éclaté il y a un mois entre les troupes nordistes et des milices fidèles à la SPLA (armée sudiste).

Les Etats-Unis ont affirmé jeudi qu'il était "vital" que l'ONU puisse maintenir une présence dans la province disputée après l'indépendance du Sud-Soudan samedi.

M. Menkerios a souligné que malgré les "progrès très importants" dans les négociations entre le Nord et le Sud sur les questions à régler après la sécession, beaucoup de questions restent en suspens, dont notamment le futur statut d'Abyei, région contestée à la frontière entre le Nord et le Sud.

"La frontière n'est pas délimitée et les consultations populaires sur les réformes au Kordofan-Sud et dans l'Etat du Nil Bleu et la consolidation du processus de paix dans ces deux Etats n'ont toujours pas été conclues", a-t-il ajouté.